Les bienfaits d'un bon échauffement

Male and female friends warming up before jogging
2 images
Male and female friends warming up before jogging - © Portra - Getty Images

Nous pourrions définir l’échauffement comme étant " l’action d’échauffer le corps par des mouvements appropriés ".

En effet,  à l’effort,  une grande partie de l’énergie est libérée sous forme de chaleur. La température de l’organisme augmente dès lors. L’objectif de l’échauffement est de préparer progressivement le corps à cette modification.

Bienfaits de l’échauffement

Outre l’augmentation de la température centrale, d’autres mécanismes se mettent également en place. Certains sont liés à l’augmentation de température, notamment la libération accrue d’oxygène par l’hémoglobine (composante des globules rouges), un effet bénéfique puisque les besoins de consommation en oxygène augmentent avec l’effort.

La formation d’énergie suite aux réactions métaboliques s’accélère également, tout comme la vitesse de l’influx nerveux. Dans les muscles, le flux sanguin augmente lui aussi. En contrepartie, les résistances internes diminuent, permettant ainsi à tous ces mécanismes de se dérouler correctement.

Ajoutons encore à ces adaptations physiologiques, un bénéfice psychologique : l’échauffement permet au sportif de se préparer mentalement à l’activité physique, de se concentrer, de prendre des repères,  quelle que soit la discipline sportive.

Comment s’échauffer

Si l’échauffement est bénéfique à de nombreux égards, comment s’échauffer à bon escient ?

La méthode passive : elle consiste à augmenter la température corporelle par des moyens externes (bains ou douches chaudes, saunas, patchs chauffants, etc.) dans le but de préserver les substrats énergétiques.  Elle paraît séduisante mais est moins efficace que …

La méthode active : les études scientifiques ont démontré que cette méthode favorise amélioration des performances, quel que soit le type d’exercice envisagé (court, moyen, long). Elle repose sur la réalisation d’exercices qui induisent des plus grands changements métaboliques et cardio-vasculaires que lors de l’échauffement passif.

Il convient toutefois de prendre quelques précautions. Tout abus risque en effet de réduire les bénéfices en diminuant les performances de courte durée : on commencerait l’effort dans un certain état de fatigue avec des stocks en glycogène (=sucres) déjà diminués et un système de thermorégulation sous contrainte. Tout cela est évidemment contraire à l’effet souhaité….

Recommandation générale : l’échauffement " optimal " pourrait être réalisé pendant 5 à 10’ (jusqu’à 25’ pour des efforts de longue durée) à une intensité faible (moyenne pour efforts de longue durée) et suivi par une période de récupération de minimum 5’ (15-20’ maximum). On peut y ajouter une série d’exercices de haute intensité.

 

Voilà qui explique par exemple l’activité de tous ces joggeurs déjà en mouvement avant même le signal du starter…

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK