Le prix des cornets de frites va flamber si la vague de chaleur persiste !

le prix des frites va flamber !
le prix des frites va flamber ! - © Tous droits réservés

Panique chez les producteurs de pommes de terre. En cause? Le printemps exceptionnellement sec qui risque de mettre en péril leurs récoltes. Faudra-t-il alors passer un crédit pour se permettre une virée à la friterie cet été? C'est la question que Cyril soulevait ce mardi dans le 5@7. 

Si certains s'accordent à dire que le prix de la pomme de terre est prêt à flamber dans le courant des mois prochains, du côté de la Fiwap (Filière wallonne de la pomme de terre), on relativise: "Il est actuellement difficile de se prononcer sur le sujet. Pour rappel, les récoltes de pommes de terre auront lieu de septembre à octobre."

A souligner toutefois que depuis le mois de mars, le pays connaît une quantité de précipitations particulièrement basse qui ne permet pas une culture dans de bonnes conditions. “On peut maintenant dire qu’on est en situation de sécheresse. Il faut constamment veiller à ce qu'il se passe dans le ciel. Et on retiendra le bilan catastrophiques de l'IRM dévoilant les trop faibles précipitations. Les quantités minimes de pluie ne sont pas suffisantes pour une bonne récolte”, indique Dominique Florins, conseiller technique et économique à la Fiwap.

Ce sont les récoltes des pommes de terre hâtives qui préoccupent particulièrement les agriculteurs. "En Belgique, les pommes de terre cultivées sont destinées à la transformation en frites congelées. Et cette récolte se déroule avant les autres et est particulièrement affectées par la situation de sécheresse", poursuit Dominique Florins. Faut-il s’attendre à ce que les prix flambent automatiquement ? A cette question, la Fiwap répond que pour la majorité des pommes de terre hâtives, les prix sont d'ores et déjà fixés entre les usines et les producteurs. "Et les prix du contrat ne seront pas transformables !, ajoute-t-il. Le marché libre regroupe lui entre 30 et 40% de la production. En ce qui les concerne, il est fort probable que les prix soient revus à la hausse."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK