"Le jardin de Rose" et "Le maître chocolatier", deux BD au doux parfum de fin de confinement

Mathieu Van Overstraeten vous invite à lire deux nouvelles bandes dessinées dans la séquence Que lire, que voir, que faire du 6-9 ensemble ce 5 mai : Le jardin de Rose et Le maître chocolatier.

Le jardinage est devenu une occupation qui prend plus d'ampleur en cette période de confinement, une reconnexion à la nature qui fait du bien. C'est justement le sujet de la bande dessinée Le jardin de Rose, qui raconte "comment une femme va retrouver goût à la vie grâce à un jardin potager collectif" résume Mathieu.

"Le jardin de Rose", pour cultiver sa vie

5 images
"Le jardin de Rose" et "Le maître chocolatier", deux BD pour s'évader en fin de confinement © Tous droits réservés
"Le jardin de Rose" et "Le maître chocolatier", deux BD pour s'évader en fin de confinement © Tous droits réservés

Le jardin de Rose, c'est l'histoire de Françoise, une quinquagénaire qui mène une vie peu passionnante. Elle vit dans un HLM gris déprimant en banlieue parisienne, "son mari ne s'intéresse plus à elle, son fils et sa belle-fille ne viennent quasiment jamais la voir et pour couronner le tout, elle a perdu son travail" détaille Mathieu Van Overstraeten.

Mais tout bascule lorsque sa voisine Rose, qui a la jambe dans le plâtre, "se voit attribuer une parcelle dans un jardin potager collectif". Rose demande à Françoise de s'en charger le temps de sa convalescence.

L'héroïne du récit "découvre que le jardinage a des vertus thérapeutiques et se rend compte qu'elle a la main verte".

"Au milieu des fleurs et des tomates, elle réapprend à vivre tout ne se faisant passer pour Rose et et en faisant croire que son mari est décédé. On se doute que cela va coincer" note le chroniqueur.

Cette BD donne en quelque sorte une leçon de vie, il faut savoir cultiver son jardin comme le disait le philosophe Voltaire.

Mathieu Van Overstraeten livre également son avis sur cette BD "intimiste, pleine d'humanité qui joue la carte de la simplicité".

L'auteur, Hervé Dufaut, a raconté la vie de Simone Veil dans autre bande dessinée. Il s'implique aussi pleinement dans une longue biographie dans Le jardin de Rose : "Il prend le temps de raconter ce lent retour à la vie d'une femme que plus personne ne regarde".

Le maître chocolatier, pour l'amour de Bruxelles

5 images
"Le jardin de Rose" et "Le maître chocolatier", deux BD au doux parfum de fin de confinement © Tous droits réservés
"Le jardin de Rose" et "Le maître chocolatier", deux BD pour s'évader en fin de confinement © Tous droits réservés

Le maître chocolatier est une série en trois tomes dont l'histoire se déroule à Bruxelles. Mathieu présente le deuxième tome, sorti en février 2020.

Dans le premier, tome, Alexis Carret, un "Mozart du chocolat" travaillait dans une boutique qu'il quitte à la fin du récit pour en ouvrir une à son nom. 

Dans le tome deux, intitulé La concurrence"tout le monde n'a pas envie de les voir réussir. Bizarrement, on oublie de leur livrer une commande de chocolat juste avant les fêtes, un moment délicat pour tout chocolatier et en plus, il y a une autre boutique de chocolat qui vient de s'ouvrir juste à côté de la sienne, une multinationale de chocolat qui s'appelle Honnest qui cherche à mettre des bâtons dans les roues d'Alexis et cerise sur le gâteau, le patron d'Honnest n'est autre que le père d'Alexis" résume Mathieu Van Overstraeten.

Le chroniqueur pointe la même recette que celle développée dans Les maîtres de l'orge, une saga sur des brasseurs de Jean Van Hamme, "mais on se laisse avoir malgré tout parce que le résultat est très efficace".

Il précise : "Il faut dire que la série est co-scénarisée par un nom connu dans la BD, Éric Corbeyran qui se connait en matière de saga alimentaire puisqu'il a signé la saga Châteaux Bordeaux".

Mathieu approuve toutefois cette bande dessinée réussie selon lui : "C'est une BD classique mais bien ficelée. Deux choses me plaisent dans cette BD : d'une part le cadre, le monde du chocolat. On découvre avec beaucoup d'intérêt les coulisses, les secrets de fabrication du chocolat. De l'autre, le décor de Bruxelles, cela fait plaisir de reconnaître ce décor qui se prête à merveille à cette intrigue dans le monde des pralines".


►►► À lire aussi : "Seules à Berlin" & "Un homme qui passe", deux BD inspirantes pour quelques bulles de détente


 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK