Laurent Couline, un accessoiriste et costumier hors pair !

Laurent Counine, un accessoiriste et costumier hors pair !
Laurent Counine, un accessoiriste et costumier hors pair ! - © Tous droits réservés

Dans la presse ce matin, nous découvrions le portrait de Laurent Counine, costumier et accessoiriste. Le Liégeois qui donne vie à ses créations a déjà travaillé avec des grands noms du monde artistique comme Franco Dragone, Thierry Mugler ou encore Luc Besson.

Qu’il moule ou qu’il sculpte, le costumier-accessoiriste Laurent Couline donne vie aux "concepts artistiques" avec des projets toujours plus fous. Il était avec nous ce matin dans l'émission pour nous en dire un peu plus au sujet de son métier : "Je suis accessoiriste-costumier donc ça veut dire que je vais créer des éléments de costumes qui sont hors coutures, hors chapeaux, chaussures, bijoux... et donc ce sont des masques, des casques, des scaphandres spaciaux et plein d'autres choses comme, par exemple, les armures des héros du film "Valérian" de Luc Besson".

Réaliser ces projets demande du temps et de la patience : "C'est un travail d'artisan donc ça va dépendre du projet et de la complexité des pièces qu'on me demande. Par exemple, pour Luc Besson, nous avons travaillé six mois durant de très grosses journées bien chargées avec des tas d'aventures mais à plusieurs évidemment. Ce genre de boulot, on ne le fait pas seul". Un travail minutieux pour lequel il n'existe pas vraiment de formation : "J'ai simplement fait les humanités artistiques à Saint Luc à Liège. Après, j'ai voyagé un peu partout dans le monde pour apprendre mon métier sur le tas parce qu'il n'y a pas d'école, ça n'existe pas. Nous sommes très peu en Belgique et si nous ne sommes pas prêts à parcourir un peu le monde et à se rendre là où il y a les meilleurs ateliers, nous avons peu de chance d'y arriver".

"Je n'ai jamais envoyé de CV !"

Dans ce métier, seuls les avis d'autres clients permettent de décrocher des contrats et de travailler sur des nouveaux projets  : "Cela a toujours fonctionné grâce au bouche à oreille. J'ai commencé mon boulot quand j'étais petit et puis j'ai commencé à faire des masques, des choses comme ça et puis ça s'est su autour de moi. J'ai travaillé régulièrement à l'Opéra Royal de Wallonie-Liège et cela m'a aussi permis d'être en contacts avec plusieurs nouveaux clients, costumiers, metteurs en scène... Ensuite, tout s'est construit au fil du temps. Je n'ai jamais fait de CV". 

Le budget de chaque projet varie en fonction de son ampleur : "Si un client me demande un seul masque pour un petit spectacle de rue, on va avoir un travail assez bas en termes de volume et de quantité. Ici, pour Luc Besson, nous avons eu deux scaphandres spaciaux à réaliser pour les deux acteurs principaux et il a fallu en réaliser six pour elle et quatre pour lui. Sans oublier tous les essais et les tests donc ce sont des budgets plus importants. La plupart du temps, je ne garde pas mes créations, tout part pour mes clients parce c'est vraiment sur commande que je travaille mais j'ai quelques pièces que je garde pour en faire la démonstration".

"Mon rêve serait de mettre les pieds à Hollywood !"

Des projets et des rêves, Laurent Couline en a plein : "La vie est encore longue, il y a encore beaucoup de choses à faire ! Réaliser des films serait pour moi le rêve ultime, il y a encore beaucoup d'initiatives à entreprendre mais c'est quelque chose que j'ai en tête. Un vieux rêve serait de mettre les pieds à Hollywood et de travailler pour quelqu'un comme Steven Spielberg mais ça me semble très lointain tout ça..." Un jour peut-être, qui sait ?

Pour découvrir en images le travail de Laurent Couline : www.laurentcouline.com

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK