La science-fiction nous rattrape... Le cerveau humain bientôt connecté aux ordinateurs?

Les films de science-fiction sont en train de nous rattraper. D'ici moins de vingt, les hommes seront changés en de véritables cyborgs, s'ils ne le sont pas déjà... Un projet d'Elon Musk, ce milliardaire tout droit sorti d'un film de science-fiction qui est notamment à la tête de Tesla et de SpaceX d'où est né l'idée de coloniser Mars avec un réseau de train hyper rapide lévitant sous vide.

La nouvelle entreprise du milliardaire Elon Musk s'appelle Neuralink. Sa mission? Créer une connexion entre le cerveau humain et les machines pour, dans un premier temps, développer une assistance aux personnes épileptique ou souffrant de la maladie de Parkinson et pour, à terme, nous transformer en ordinateurs humains. Microsoft et Google sont aussi à la quête de cet humain augmenté.

Cette fusion du cerveau humain et de l'intelligence artificielle a-t-elle pour but de nous rendre plus intelligent, plus efficace? Des avancées high-tech qui soulèvent la crainte de plusieurs. "Mais pourquoi avoir peur?, répond Damien Ernst, spécialiste de l’Intelligence artificielle à l’Université de Liège. Nous sommes de plus en plus connectés avec des ordinateurs. Les hommes font des requêtes sur leur smartphone à longueur de journées. En réalité, seul le mode d'interaction entre la machine et l'homme est amené à changer. Grâce à cette fusion, l'homme n'aura plus besoin de taper sur un clavier à l'aide de ses doigts pour faire des recherches sur internet. Désormais, il aura accès à toutes les informations sur le net simplement via ses pensées." En d'autres termes, si vous désirez connaître l'année de naissance du dernier évêque de Liège, cette information vous parviendra directement. "Chaque donnée stockée sur internet sera intégrée dans votre mémoire." Comme Elon Musk, Damien Ernst souligne que nous sommes déjà des cyborgs à l'heure actuelle. Une partie de nous-mêmes est déportée dans un univers virtuel, comme les réseaux sociaux , les mails... nous déportons aussi notre mémoire sur le web, ou plutôt que de retenir des informations, on apprend à les chercher plus efficacement. 

Alors êtes-vous prêt à tester cette expérience? Damien Ernst relativise : "Il s'agira peut-être que de simples capteurs déposés sur la tête, ou de puces sous la peau, rassurez-vous. Une chose est certaine, cette nouveauté sera sans danger pour les gens qui pourront avoir accès à une quantité d'informations infinie. Les hommes pourront raisonner plus vite. D'ici dix, quinze ou vingt ans, naîtront des super-humains capables d'opérations mathématiques extrêmement difficiles à réaliser mentalement." Se posera alors la question du système d'éducation. Le besoin d'apprendre assis sur les bancs de l'école persistera-t-il? "Calculer sera alors inné. Et au niveau des langues étrangères, c'est pareil. Si les machines sont implantées dans le cerveau grâce à une oreillette ou autre, une communication entre deux personnes en deux langues pourrait être traduite en temps réel et de manière intelligente", conclut Damien Ernst, spécialiste de l’Intelligence artificielle à l’Université de Liège.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK