L’humoriste Inès Reg se confie sur le harcèlement scolaire : "On m’appelait la naine"

L’humoriste française s’est livrée au Parisien sur son enfance difficile et le harcèlement scolaire qu’elle a elle-même vécu à l’occasion de la sortie d’un documentaire sur ce sujet.

Inès Reg sera une nouvelle fois l’une des artistes présentes aux Enfoirés pour cette édition 2021. L’humoriste de 28 ans a fait rire la France et la Belgique entières avec sa désormais célèbre vidéo C’est quand que tu vas me mettre des paillettes dans ma vie Kevin ?

Avant de susciter l’hilarité, elle a toutefois d’abord subi des rires moqueurs étant plus jeune sur sa petite taille. Elle a révélé ce harcèlement dont elle a été victime dans Le Parisien à l’occasion de la future sortie du documentaire À bonne école pour lequel elle est la marraine.

"On me donnait du Mimie Mathy 24 heures sur 24"

Inès Reg mesure aujourd’hui 1 mètre 50. "Je vous laisse imaginer ma taille quand j’avais 10-12 ans" a-t-elle déclaré avec une pointe d’humour, au quotidien français.

Le harcèlement à l’école, elle est bien placée pour en parler. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a tout de suite accepté de parrainer un documentaire sur ce véritable fléau. Elle confie :

On m’appelait la naine. On me donnait du Mimie Mathy 24 heures sur 24. On me mettait des choses en hauteur pour que je ne puisse pas les attraper, ça a été très compliqué à vivre.

Le documentaire se focalise sur les collégiens de Viry-Châtillon dans l’Essonne, en Île-de-France, une région d’où est originaire l’humoriste, cherchant les meilleures manières de mettre fin à ce phénomène.

Le harcèlement à l’heure des réseaux sociaux

Caroline Delage, la productrice de ce documentaire qui paraîtra en septembre 2021, savoure le choix d’Inès Reg en tant que marraine : "C’est un projet à hauteur d’enfants, commente la productrice, maman d’une fille de 12 ans. Ce qui m’anime, c’est de mettre en lumière des solutions. La présence d’Inès nous permet d’avoir un ton décalé pour dédramatiser un thème très lourd".

Inès s’est également beaucoup confiée aux élèves suivis dans le documentaire sur les méthodes adéquates pour endiguer ce harcèlement rapporte Le Parisien.

Surveillante dans un collège avant de rejoindre le Jamel Comedy Club, l’humoriste constate que le harcèlement sévit encore plus durement qu’à son époque : "Pour la nouvelle génération, ce qui est encore plus dur, c’est qu’ils doivent aussi gérer les réseaux sociaux. Moi, j’ai eu la chance de vivre ma jeunesse sans Facebook, sans Instagram… Quand je vois dans quel état me mettent certains commentaires de haters alors que j’ai du recul, j’imagine ce que ça doit être quand on est en train de se construire…".

L’humour pour dépasser le harcèlement

Comment Inès a-t-elle combattu ce harcèlement en étant enfant ?

Deux solutions à court terme s’offrent aux jeunes selon elle : la communication et l’humour"J’ai eu la chance d’avoir une maman à qui je disais tout, c’est important, de ne pas se replier. La discussion, ça a été ma plus grande force" assure-t-elle au journal français. "Ma mère et mes oncles m’ont appris à en rire, à avoir de la répartie pour que ça devienne une force" ajoute-t-elle.

Elle en est d’ailleurs convaincue, c’est cet humour qui lui a servi de carapace qu’elle a développée vers l’âge de 13 ans qui l’a aidée à surmonter le harcèlement qu’elle subissait. "J’en suis sûr à 1500%. Sur scène, je continue à faire beaucoup d’autodérision" a-t-elle conclu.

L’actu people, ça se passe sur VivaCité

Pour plus d’actu people, rendez-vous tous les jours dans Le 8/9 sur VivaCité et sur la Une ainsi que dans La Récré de Midi de 12h à 13h sur VivaCité et en replay sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK