L'avocat de Marc Dutroux n'est-il pas plus en train de vendre un livre que de défendre son client ?

L’avocat de Marc Dutroux fait encore parler de lui aujourd’hui… Il est actuellement sous protection policière et commente l’attitude de ceux qui lui en veulent. " Il faut vraiment être un dégénéré pour penser que l’avocat fait corps avec son client ". N’est-il pas plus en train de vendre un livre que de défendre son client ?

Dans les journaux du groupe Sudpresse, Maître Dayez commente les menaces reçues après la publication de son livre… " Ce n’est pas un livre polémique qui ne fait du bruit que chez les débiles, c’est un livre didactique qui nourrira la réflexion dans les universités. La question mérite d’être posée. " N’est-il pas plus en train de vendre un livre que de défendre son client ?

Bruno Dayez, l'avocat de Marc Dutroux : " Tout d'abord, je vais faire une brève incise : je n'ai jamais traité qui que ce soit de "débile". J'ai du respect pour le public et pour les opinions qui s'expriment. Je trouve ça absurde de brûler un livre qui n'a pas été lu mais, pour le reste, je suis respectueux des personnes et je suis respectueux en particulier envers les parents des victimes. Mon livre n'a aucune vocation provocatrice ".

Selon Bruno Dayez, l'objectif du livre serait de pousser à la réflexion : " Ce livre a effectivement une vocation didactique. Il s'adresse au grand public et je ne fais aucune recette puisque j'ai renoncé à mes droits d'auteurs. Ce n'est donc pas une opération mercantile mais c'est gagnant-gagnant. En effet, je sers aussi les intérêts de mon client puisque j'annonce la couleur. C'est le premier plan d'une stratégie au terme de laquelle je suis censé demander sa libération conditionnelle. Donc, d'une certaine manière, je cadre le débat et j'en décris les vrais enjeux. De plus, en défendant sa cause, je défends implicitement la cause de tous les autres détenus. En effet, je tire un boulet rouge sur notre système pénitentiaire dont je décris les failles et je dis ouvertement que le système judiciaire semble tourner à vide. J'utilise des expressions fortes mais je les argumente et je ne suis pas en désaccord vis-à-vis de Marc Dutroux. C'est bien lui que je défends mais à travers lui, je pense qu'il y a des questions fondamentales qui se posent et qui intéressent tout un chacun. Et, si je défends des principes judiciaires qui me semblent universels, Marc Dutroux ne peut pas faire exception à la règle. Pour moi, ce n'est pas un cas hors norme. Il a été traité de façon hors norme médiatiquement, ça ne fait pas l'ombre d'un doute mais des tas d'autres criminels sont dans des situations totalement comparables à la sienne ".

Il est évident que l'objectif est que le livre soit lu : " À mon avis, il va circuler dans les auditoires parce que les gens sont intéressés par le sujet. Il est évident que si vous écrivez un livre c'est parce qu'il a pour vocation d'être lu. "

Quant aux menaces proférées à son encontre, Bruno Dayez résiste : " Les menaces ne sont pas justifiables et je suppose que tout honnête homme partagera ce point de vue. J'en ai reçu deux mais, à un moment donné, ça doit glisser sur la carapace de mon indifférence. Je dois être blindé contre ce genre d'attaque qui, finalement, m'indiffèrent profondément ".

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK