L'armistice du camembert de Normandie vient d'être signée

Après dix ans de dispute autour de l'étiquette du camembert, un accord a été trouvé entre les producteurs de lait normands et tous ceux qui produisent les camemberts dans la région. 

Voilà, on peut le dire, la guerre du camembert de Normandie est finie. D'ici à 2021, il n'y aura donc plus qu'un seul et unique camembert de Normandie AOP, une appellation d'origine protégée. La bataille qui oppose "le camembert de Normandie AOP" et le "camembert fabriqué en Normandie" est donc (enfin) terminée.

En effet, ce sont des normes très strictes que les fromageries devaient respecter si elles voulaient garder l’AOP "Camembert de Normandie". Une appellation qu’il ne faut pas confondre avec l'expression "fabriqué en Normandie" et que l’on retrouve sur de nombreux fromages de type camembert. Cette expression est utilisée le plus souvent par les industriels. Si l’entreprise est parfois basée en Normandie. Le lait et les vaches ne proviennent pas de Normandie. "Je ne peux pas comparer mon camembert à un camembert industriel qui est peut-être même moulé à la louche et au lait cru. Ça n’a rien de comparable. La différence, c’est le goût et la texture du fromage. Nous, on ne fabrique pas un camembert standardisé", explique Nicolas Durand,  le fils cadet qui gère la fromagerie Durand. Retrouvez l'article original ici

Il y avait donc deux étiquettes, pour deux types de production très différents: d'un côté, les AOP devaient respecter un strict cahier des charges, avec du lait cru provenant à 50% de vaches normandes sur une aire géographique délimitée (Calvados, Manche, Orne, et une frange de l'Eure). Ils représentaient entre 5.000 et 6.000 tonnes par an.

De l'autre, le camembert "fabriqué en Normandie", était de type industriel. Il n'avait donc aucune contrainte de production : que ce soit sur la race des vaches qui produisaient le lait ou sur leur alimentation. Et généralement, le lait était pasteurisé, pour pouvoir exporter les camembert. Ceux-ci représentaient alors 60 000 tonnes par an.

Cette "armistice" va donc aider le consommateur à savoir exactement ce qu'il achète, du mois, dès 2021.

Patrick Mercier est le président du camembert de Normandie, il était l'invité dans Quoi de neuf?  il nous en dit plus sur cette nouvelle décision : 
 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK