Jean Terlon, un chef cuisinier en guerre contre le gaspillage alimentaire

Jean Terlon, un chef cuisinier en guerre contre le gaspillage alimentaire
Jean Terlon, un chef cuisinier en guerre contre le gaspillage alimentaire - © Tous droits réservés

Un Français gaspille en moyenne 50 kg de nourriture par an, soit l’équivalent d’une centaine de repas. Un fléau qu’il est nécéssaire de combattre selon le chef cuisinier Jean Terlon, qui s’est entretenu avec Brut à ce sujet.

Moins de gâchis ! Tel est le leitmotiv de Jean Terlon, un chef cuisinier qui ne connaît pas le gaspillage alimentaire. Lorsque celui-ci cuisine une tarte aux pommes, il conserve les pépins et les queues des pommes pour en faire une compote. Impressionnant ? Mais pas si compliqué selon le Chef qui appelle à suivre cet exemple. Pour Jean Terlon, chaque déchet alimentaire regorge de nourriture consommable qu’il est possible de cuisiner si l’on s’en donne un peu les moyens. “Un saumon, vous avez à peu près 50 % de déchets, et 50 % de déchets c’est la tête et l’arête centrale. Et si vous la cuisez, vous allez retrouver plein de viande sur la tête, sur le corps, sur l’arête du poisson. Et vous avez une très belle rillette que vous mangez avec du beurre“, donne-t-il en exemple.

 

Manger sainement, c’est prendre le temps

Bien entendu, tout cela demande un peu de talent, une légère inspiration, beaucoup de patience mais surtout une transmission du savoir qui se perd de plus en plus, selon lui. “Ma mère et ma grand-mère étaient des cordons-bleus, très avertis, parce qu’il y avait une transmission, cette transmission, elle s’est brisée à un moment donné, quand les gens se sont mis à acheter des produits industriels finis. Et donc, la transmission du savoir a été un peu abîmée“ déplore le chef.

Aujourd’hui, “les gens voudraient manger sainement mais ne pas y consacrer beaucoup de temps, il faudrait y réfléchir“, ironise-t-il. En France, 10 millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année.

Si le nombre de personnes atteintes de poliomyélite a diminué de plus de 99 % depuis 1988, le virus sévit encore parfois. Depuis son plus jeune âge, Junior fait partie des 1 % restant. Un coup dur qui ne l’a pas empêché de réaliser son rêve : devenir l’un des meilleurs danseurs de hip-hop du monde. Il raconte ce combat à Brut.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK