J’avais 20 ans cette année-là. C’était mieux, pareil ou pire que maintenant ?

Tout au long de la journée, la RTBF s’intéresse à ce que vivent les jeunes « avoir 20 ans en 2012 » et dans le fond ça parait pas si simple. On dit même que c’était mieux avant. Comment participer ce matin ? Vous appelez, et vous nous donnez d’abord l’année de vos 20 ans. 1956 ; 1963, 1994 ; etc. Puis vous choisissez le point sur lequel vous voulez tenter une comparaison. Etudes, travail, sexe, loisirs, etc.

Tout ça pour comparer. Dans Les études - 60% des jeunes de 2012 échouent en première année du supérieur sans doute un peu comme l’expliquait le soir d’hier parce que le secondaire les prépare peu. Puis le jeune se lance dans un marché de l’emploi bouché. L’Europe rappelle que, sur ses quasi 24 millions de chômeurs, 5,4M ont moins de 25 ans. Tous ces jeunes belges qui vivent désormais avec un stage d’attente chômage qui passe de 9 à 12 mois, puis qui vivront la dégressivité des allocations de chômage. Le jeune du coup a du mal à s’installer. C’est la génération Tanguy. En 2007, la Région wallonne signalait que le jeune quittait papa/maman entre 25 et 29 ans mais que 10% de jeunes de 29 ans cohabitait toujours avec papa/maman. La génération d’avant elle partait entre 16 et 24 ans. Dans ce contexte, le jeune tente de vivre une vie, des loisirs numériques. On achète des Mp3 sur la plateforme I-tunes Europe qui a vendu pour le chiffre record d’un milliard l’an dernier. Et on rêve de célébrité de Secret Story à The Voice et Star Academy.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK