Gabriel Ringlet, prêtre belge : "Il faut désacraliser la figure du prêtre !"

Gabriel Ringlet, prêtre belge : "Il faut désacraliser la figure du prêtre !"
Gabriel Ringlet, prêtre belge : "Il faut désacraliser la figure du prêtre !" - © Tous droits réservés

C'est l'interview fracassante du jour. Le prête et écrivain belge Gabriel Ringlet dézingue l'Église : "La pédophilie, ce n'est pas l'affaire de quelques prêtres, c'est un véritable système au sein de l'Église". S’il s'agit vraiment d'un système, faut-il fermer les églises ?
 
Il est Belge, prêtre, c'est l'une des stars de l'Église catholique et il n'a jamais eu peur de parler de sexualité. Gabriel Ringlet frappe fort une nouvelle fois. Dans les colonnes du Moustique, il dénonce : "L'expression de pédophile est trop douce. On se trouve face à de la pédocriminalité". Et il ne s'agit pas seulement de quelques prêtres qui seraient des brebis égarées mais d'un système créé par l'Église et qu'elle ne parvient pas à arrêter. Gabriel Ringlet a lui-même reçu et soutenu 35 victimes de prêtres pédophiles. Les mots sont forts, les accusations sont graves.

S'il s'agit bel et bien d'un système, faut-il fermer les églises ? C'était la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites".

Gabriel Ringlet, écrivain, théologien et prêtre belge : "Je souhaite que l'Église que j'aime beaucoup à laquelle je suis très attaché pour laquelle je n'ai pas la moindre intention de quitter, aille jusqu'au bout de cette question et cette question n'est pas qu'une question de déviance de personne individuellement mais une question structurelle. Je trouve que le temps est venu, si l'Église veut encore un avenir, si elle veut que l'Évangile dont elle se réclame reste vivante, que c'est le moment de prendre des décisions très fondamentales. Je pense qu'il faut revoir la figure du prêtre et je le dis très positivement. Il ne faut pas que le prêtre soit un personnage sacré dans le mauvais sens du mot sacré. C'est-à-dire quelqu'un qu'on respecte artificiellement parce qu'il est célibataire, parce qu'il n'est pas habillé comme tout le monde, parce qu'il n'a pas le même métier que les gens. Il faut absolument que le prêtre redevienne l'un d'entre nous. Si j'ose dire comme chacun, avec son métier, son choix de vie, célibataire si c'est son choix, marié si c'est son choix, qu'il puisse exercer un métier... Cela ne l'empêchera pas de faire un travail pastoral, d'animer une paroisse ou encore de donner des cours. Tout ça est combinable mais il faut absolument désacraliser la figure du prêtre. C'est vraiment le chantier numéro un. Et, je vous assure, qu'après avoir accompagné de nombreuses victimes de pédophilies, que j'ai la preuve du côté très pervers de la sacralisation, la fausse sacralisation du prêtre qui fait croire à des victimes que c'est au nom du sacré qu'il les as rencontrés de cette manière si violente".

"L'Église est en danger"

Pour Gabriel Ringlet, il faut agir car l'Église est mise en péril : "Je pense que l'Église est en grand danger mais, là où je dois nuancer mon propre propos, c'est que l'Église n'est pas qu'au sommet mais aussi à la base. Je vois aussi qu'il y a des gens qui sont absolument remarquables dans la vie quotidienne et je serais tenté de dire que l'Église, paradoxalement, est très bonne sur le plan social mais moins sur le plan moral et doctrinal. Ce à quoi moi je rêve mais, peut-être qu'il faut se battre pour qu'il se réalise, c'est que l'Église sociale convertisse l'Église morale. Regardez comment le Pape a été courageux et parmi les tous premiers à avoir été à Lampeduza, à montrer qu'il fallait un accueil pour les migrants. Je pense que cette Église-là, elle a un avenir et qu'elle prenne le pas sur l'Église qui s'est embourbée dans des questions extrêmement pénibles".

Nous vous invitions à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C'est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK