Dylan Borlée sur le report des JO : "Cela n'a pas été facile à encaisser"

L'athlète spécialiste du 400 mètres Dylan Borlée était l'invité du 6-9 ensemble pour parler de la plateforme Keepmoving et du report des Jeux Olympiques.

Jean-Michel Saive nous avait déjà parlé de Keep Moving dans Le 6-9 ensemble, cette plateforme a pour but d'inciter les gens à rester actifs durant le confinement.

De nouveaux challenges, de nouvelles épreuves cycling et running, sont régulièrement lancés sur Keep moving. Cette semaine, le challenge s'appelle "Roc d'Ardenne".

Dylan Borlée, spécialiste du 400 mètres, s'investit aussi sur la plateforme aux côtés de Greg Van Avermaet, Johan Museeuw ou encore Sven Nys.

Courir pour la forme et le soutien au personnel soignant

Dylan Borlée résume ainsi l'intérêt de la plateforme Keep Moving : "Elle encourage les gens à faire du sport durant la situation actuelle. Elle est libre d'accès. Une fois inscrit, on peut participer à des événements virtuels qui ont été annulés ou reportés, que ce soit la course à pied, la marche ou le vélo".

L'athlète prend ainsi l'exemple de la Philippe Gilbert Classic présente sur cette plateforme : "Il suffit de connecter et de synchroniser son application de sport sur la plateforme et de parcourir ensuite les kilomètres près de chez soi".

Cette démarche revêt également un côté symbolique. "On gagne une médaille virtuelle lorsque l'on a réalisé son challenge et elle peut être partagée sur les réseaux sociaux et dédiée à un médecin ou personnel soignant de son choix" précise encore Dylan.

S'adapter au report des JO

Dylan Borlée garde ainsi, comme d'autres sportifs de haut niveau, aussi la forme en courant pour cette application puisque toutes les grandes compétitions ont été annulées. Certaines comme le cyclisme ont été reportées quelques mois plus tard mais les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo ont dû être reportés d'un an.

Il livre son sentiment suite à ce report : 

Même si on s'y attendait un peu avec l'évolution des événements, cela a été un choc une fois que c'est arrivé.

Il développe : "On s'est entraîné dur, on avait intensifié les entraînements. Apprendre cette nouvelle après des années d'entraînements pour un objectif tel que les Jeux Olympiques, c'est sûr que cela n'a pas été facile à encaisser. Maintenant, c'est dans un an, il faut essayer de rester concentré et de continuer à s'entraîner".

La préparation est tellement longue et exigeante pour le corps que son programme et celui d'autres sportifs a dû être remanié. "On a essayé de discuter entre nous pour voir quelle était la meilleure solution pour arriver en forme l'année prochaine. Il y avait déjà des entraînements très durs qui avaient commencé où le corps doit accepter de tout stopper. Le but, c'est de diminuer l'intensité et de ne pas arrêter complètement et de repartir l'année prochaine parce que pour le mental, il faut savoir repartir de la même façon et donner encore plus si possible" déclare Dylan Borlée.

L'entraînement en famille

Dylan a également donné des nouvelles de la famille Borlée, lui qui s'entraîne encore avec ses frères tout en respectant les normes d'hygiène et de distanciation sociale. "On a la chance d'avoir encore accès à la salle (NDLR : La piste d’athlétisme intérieure) à Louvain-la-Neuve donc on s'entraîne souvent en famille et tout le monde va bien. On a des mesures de sécurité à l'entrée du centre sportif. On se lave les mains, on prend notre température (...) on essaie de bien garder nos distances de sécurité en s'entraînant ensemble" explique-t-il.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK