Clavier : Des patates !

.
3 images
. - © Tous droits réservés

Si vous regardez autour de vous, dans la campagne, toutes les pommes de terre ne sont pas encore arrachées, entre autres, à cause de sécheresse. Je vous propose de découvrir l’exploitation d’Etienne Derivaux dans le village de Clavier où il continue d’exploiter la ferme familiale.

Etienne a repris l’exploitation de ses parents ?

 En fait, il est la quatrième génération à travailler dans la magnifique ferme ancestrale. Rien que les bâtiments valent le détour car cette bâtisse remonte au 17e siècle et est magnifiquement entretenue. 

 

C’est là qu’il cultive des pommes de terre ?

Effectivement mais il cultive également des céréales mais son produit phare ce sont les pommes de terre. Aujourd’hui, il doit constater que la récolte est moins importante que d’autres années car la sécheresse est passée par là et la taille des pommes de terre est donc plus petite et le rendement moindre.

 

Ces cultures sont-elles conventionnelles ou bio ?

Ni l’un, ni l’autre. Car Etienne, en vrai passionné de la terre, veut l’entretenir au mieux e la nourrir. Force est de constater que l’irrégularité des rendements de ces dernières années, la volatilité des marchés, des coûts de production en hausse ainsi que par le prix du matériel, qui ne cessent de croître, ... rendent le métier très difficile. Ajoutez à cela qu’il faut constater que le système intensif est au bout du rouleau et que la nature restera toujours la plus forte.

 

Qu’a donc fait Etienne ?

On parle régulièrement du lessivage, de l’érosion, du plafonnement des rendements, de l’invasion des limaces, de la résistance aux fongicides et aux herbicides … Des problèmes qui s'accroissent d'année en année. Pour enrayer ces problèmes, il n'y a qu'une solution : l'agriculture de conservation pour retrouver la productivité naturelle du sol.

 

Comment faire ?

L’idée est de se lancer dans une agriculture durable pour la nature et pour nous, en préservant l’écosystème dans lequel travaillent les agriculteurs et ainsi assurer de bons rendements. C’est ainsi qu’Etienne ne laboure plus ses champs afin de laisser la vie s’y développer mais il n’y a pas que ça, il pratique également l'allongement des rotations, l'utilisation de couverts végétaux, spécifiques à chaque profil de terre ainsi que la diminution, voire même la suppression de certains produits phytos. L’idée est de remplacer tout le travail mécanique du sol par le travail biologique des plantes.

 

Cela rejoint la permaculture dont on parle beaucoup en ce moment:

Le sol redevient "vivant", il n’est plus nu, exposé au soleil et aux pluies mais il est protégé par la partie aérienne des plantes, tandis que les racines empêchent le sol de se prendre en masse et permettent à l’eau et à l’air de circuler. Ce qui évite aussi l’érosion des sols.

Après plusieurs années, la fertilité biologique du sol ainsi que biodiversité vont réapparaître tandis que les apports de fertilisants chimiques et phytos vont progressivement diminuer.

Etienne et un collègue ont créé Green Farming Innovation qui propose des services de conseils indépendants spécialisés sur le semis direct sous couvert végétal, la vie du sol et l'agronomie de demain. Son slogan est " Si vous voulez vivre de votre sol demain, il faut commencer à changer certaines habitudes dès maintenant. "


 

On peut dire qu’Etienne produit sainement ?

Tout à fait et le fait de ne pas amener des engrais en masse dans ses champs, permet aux pommes de terre de grossir naturellement et de ne pas présenter ces horribles taches noires que l’on retrouve dans les pommes de terre industrielles. Ces taches ne sont en fait que des " coups bleus " que les pommes de terre se font lorsqu’elles s’entrechoquent.

Autre précision d’Etienne, c’est qu’il faut apprendre à se tourner vers d’autres variétés de pommes de terre que les sempiternelles Bintjes ou Charlotte car elles sont en bout de course.

 

Où peut-on retrouver ses pommes de terre ?

D’abord à la ferme et ensuite dans bon nombre de grandes surfaces où elles sont vendues moins chères que celles de grosses productions industrielles.

 

 

Rue Principale 16

4560 - Clavier

Tél. : 085/31.14.80


 

 

Quelles variétes peut-on y retrouver ?

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK