"Ce jeune garçon a peut-être poussé ce professeur vraiment à bout... !"

Replay CVQLD
Replay CVQLD - © Tous droits réservés

Après avoir frappé un élève de 7 ans au visage, un prof de sport a été suspendu 4 semaines. Les parents demandent son licenciement. Il faut absolument aller plus loin ?

Un élève de 7 ans est rentré à la maison avec un bleu au visage. C’est son prof de sport qui l’aurait frappé, les parents ont donc décidé de porter plainte auprès de la police tout en signalant les faits à l’école. Le professeur, déjà suspecté d’avoir frappé d’autres élèves, a alors été suspendu durant 4 semaines, ce que les parents ne comprennent pas. Pour eux, la sanction doit être plus sévère, ils ont même lancé une pétition à ce sujet : ils demandent le licenciement de cet enseignant.

Il faut absolument aller plus loin ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites".

Une auditrice a souhaité s'exprimer ce matin sous couvert de l'anonymat : "Je suis estomaquée par le récit de ce papa. J'ai presque 65 ans et je trouve que les parents sont trop laxistes actuellement. J'habite près de trois établissements scolaires et quand vous voyez les sorties d'école vous voyez les jeunes qui sortent et qui n'ont aucun respect même pas pour les habitants ni pour les citoyens, rien du tout. Peut-être que ce jeune garçon a poussé ce prof vraiment à bout ! (...) Les jeunes d'aujourd'hui n'ont plus aucun respect, ce sont des enfants-rois. Ils ne sont plus assez cadrés. Moi, j'estime que le professeur ne doit pas être aussi puni, qu'on lui donne une petite sanction mais pas un mois sans solde comme le monsieur avant a dit".

Georgina de Gilly partage l'avis de cette auditrice ce matin mais elle pousse son avis encore plus loin : "Je trouve ça complètement inadmissible. Ce n'est certainement pas la première fois en plus (...) J'irais plus loin que ça, je lui mettrais carrément une balle dans la tête à celui-là. Vous vous imaginez le préjudice causé à l'enfant ? Je suis prête à rentrer en prison pour n'importe lequel de mes enfants, je m'en fiche totalement. De toute façon, mon mari sera là pour s'occuper d'eux. Mais je trouve ça complètement inadmissible qu'on puisse s'en prendre à un enfant qui est beaucoup plus faible qu'un adulte".

"Les enfants interprètent souvent les choses !"

Geneviève n'est pas d'accord ! Pour elle, cela peut arriver qu'un professeur pousse malencontreusement un élève : "Si les faits sont avérés, effectivement un professeur n'a pas à taper un enfant. Par contre, ce que je voudrais dire aussi c'est que je suis éducatrice scolaire dans une école fondamentale et les enfants interprètent souvent les choses. Il faut laisser tomber l'émotivité de l'instant. J'ai déjà eu des enfants qui se battaient entre eux et où je suis intervenue pour les séparer. Et, le lendemain, j'ai une maman qui est venue me trouver en me disant que j'avais empoigné son enfant. Je lui ai demandé pardon et j'ai dit que ce n'était pas dans mes habitudes. Effectivement, j'ai séparé et saisi l'enfant par le bras mais pour qu'il ne soit pas blessé et pour qu'il ne puisse pas agresser son compagnon. J'ai déjà eu d'autres cas où effectivement on venait me dire qu'un professeur avait frappé un élève mais ce n'était pas réel (...) Il faut relativiser et voir le contexte des choses, voir ce qui est arrivé. Mais, un enfant n'a pas à être tapé par un professeur ou par une toute autre personne travaillant au sein de l'école".

Nous vous invitions à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C'est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK