BURUNDI - Lundi 8 octobre : Parc de la Ruvubu – Ngozi

Plein les yeux... Il faut bien se rendre à l'évidence : jour après jour, le Burundi ne cesse de surprendre, d'étonner et, avant tout, d'enthousiasmer. Peut-être est-ce parce qu'au plus l'horloge tourne, au plus les RAVeListes ont le sentiment – et la conviction – de vivre une aventure exceptionnelle dans un pays qui l'est tout autant...

Avant le départ de l'étape du jour, Thierry, instituteur de son état, en profite pour aller passer quelques instants au sein de l'école du village, histoire de témoigner à son retour auprès de ses élèves. Le temps qu'il fasse connaissance avec l'institutrice, un étonnant et respectueux silence règne parmi les petits écoliers. Ils sont pourtant une bonne trentaine à occuper les bancs et table de bois de la classe qui serait sans nul doute jugée comme trop exiguë chez nous...

La piste empruntée ce lundi est celle des images d'Epinal : complètement défoncée, elle est un régal pour les adeptes du VTT. En quelques kilomètres, l'entrée du parc de la Ruvubu est atteinte et le peloton pénètre ainsi dans le plus grand écostystème burundais (50 800 hectares). Si jusqu'à présent les paysages étaient grandioses, aujourd'hui, les qualificatifs viendraient sans doute à manquer tant les décors dans lesquels nous évoluons sont époustouflants et d'un vert incroyablement éclatant. La forêt primaire, celle-là même qui n'a pas bougé depuis la préhistoire, est à quelques encablures plus au nord mais les marais à papyrus, la forêt galerie et la savane arborée sont autant de décors différents dans lesquels nous pédalons. C'est simple : le dernier recensement fait état de plus de 300 espèces d'arbres et arbustes. Côté faune, les longues années de guerre ont fait fuir fauves, rhinocéros et autres éléphants mais en deux jours d'observation à peine, la biologiste et primatologue Emmanuelle Grundmann s'étonne : jamais en si peu de temps, elle n'a vu autant d'animaux différents ! Nous aurons certes moins de chance, ne distinguant qu'un crocodile se prélassant sur les berges de la Ruvubu, une rivière dont le nom signifie littéralement le lieu où habitent les hippopotames. Des hippopotames, Emmanuelle en a déjà observé en ces lieux, tout comme des cobes (une sorte d'antilope), des babouins, cercopithèques et un grand nombre d'oiseaux.

Une pause à un écolodge en construction démontre la volonté farouche du pays de développer, à l'instar de ses voisins kenyan et tanzanien, l'écotourisme. Car si le Burundi a une histoire tourmentée, il n'aspire qu'à panser ses plaies et tourner la page des événements sanguinaires qui l'ont meurtri à une époque pas si lointaine que cela. Le développement du tourisme durable est une réelle opportunité, à la fois de par la richesse évidente de sa nature, de ses paysages, de ses animaux et de sa culture : pour sûr, les acteurs et autres décideurs ne devraient pas passer à côté de cette aubaine... Un projet de réintroduction de zèbres et de lions est d'ailleurs prévu pour les années à venir...

Jusqu'au lit de la rivière et au lodge, l'étape était jusqu'alors relativement tranquille puisqu'hormis quelques petites bosses, il " suffisait " de se laisser descendre. Mais qui dit passer de part et d'autre d'un plateau en se laissant entretemps glisser dans une vallée, soit passer de 2000 mètres via 1200 mètres, dit remontée impérative. Et c'est bien là que les choses se corseront solidement... Chacun s'accroche comme il peut et, souvent, puise au plus profond de lui-même pour se hisser sur les pédales ou, quand les pentes s'apparentent à de véritables murs, pousser son vélo. Mais jamais les RAVeListes ne sont seuls : à leurs côtés, il y a toujours un cycliste burundais ou d'autres accompagnateurs pour prêter main forte et les rétropoussettes se font de plus en plus prolongées. En plus d'être dotés d'une incroyable force de la nature, ils sont d'une gentillesse sans égal... Et puis, pour oublier la souffrance, il y a éternellement ces gens amassés... ou isolés le long de la piste qui encouragent et acclament et ces paysages toujours aussi étonnants... Avec, par exemple aujourd'hui les premières plantations de thé...

Pour celui qui en douterait encore, le Burundi est un magnifique pays. Tout simplement. 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK