Aux États-Unis, un enfant peut facilement et légalement être " désadopté "

Aux États-Unis, un enfant peut facilement et légalement être " désadopté "
Aux États-Unis, un enfant peut facilement et légalement être " désadopté " - © Tous droits réservés

La législation américaine rend possible la " désadoption " d’un enfant. Ainsi, un mineur sur quatre est " désadopté " chaque année aux États-Unis. Pour faciliter leur réadoption, les agences n’hésitent pas à utiliser des méthodes marketing.

J’ai été adopté par une première famille au Nouveau-Mexique mais ça n’a pas marché. Ensuite, j’ai passé deux ans dans une autre famille. " Peter a changé de famille adoptive trois fois. Son cas n’est pas isolé. Chaque année, ce sont 25 000 enfants qui sont renvoyés chez les services sociaux ou directement dans une autre famille, soit une adoption sur quatre qui est annulée. Totalement légale, la " réadoption " est courante et ne nécessite aucune justification de la part des parents. 

Speed dating, " foires ", catalogues… rendre ces enfants de nouveau " adoptables "

Ces enfants majoritairement étrangers, peuvent ensuite être réadoptés. Selon la législation américaine, ils peuvent être réadoptés à l’infini jusqu’à leur majorité. Pour cela, des agences se sont spécialisées dans ce type de cas. Elles utilisent des moyens marketing pour trouver de nouvelles familles aux enfants. Du speed dating aux catalogues, en passant par les annonces en ligne et les " foires aux enfants ", les stratégies sont nombreuses afin de rendre de nouveau " adoptables " ces enfants de " seconde main ". 

Par ailleurs, les démarches pour réadopter sont plutôt simples. Il suffit de trois jours de formation aux parents pour adopter, sous peu que leur casier judiciaire soit vierge. Dans certains États, le passage devant un juge est obligatoire mais dans la plupart des cas, un simple passage chez le notaire suffit. En outre, pour rendre ces enfants encore plus attractifs, les agences d’adoption n’hésitent pas à les " brader ". De fait, ces réadoptions coûtent souvent moins cher aux parents que les adoptions classiques. 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK