Alain Souchon: "Dans un an ou deux, des émotions me feront certainement écrire sur le coronavirus"

Alain Souchon était "L'invité confiné" ce 27 mars dans Le 6-9 ensemble, avec Sara De Paduwa et François Heureux à l'occasion de la sortie de son nouveau single Ici et là extrait de son dernier album, Âme Fifties

Il y a quelques mois, Alain Souchon vous présentait son nouvel album : Âme Fifties

Presque en a été le premier single, classé de nombreuses semaines dans le Tip Top. Un titre qui raconte l'histoire d'un amour manqué sur la Grand Place de Lille.

Ce titre d'album Âme Fifties, qui est aussi le titre d'une plage est une plongée dans les années d'adolescence de Souchon, les années 50. Il a dévoilé dernièrement un troisième single, Ici et là.

Si le confinement est levé, vous retrouverez Alain Souchon le 14 mai au Wex de Marche-en-Famenne et le 24 novembre à Forest National.

Le confinement en famille et avec internet

Comme tous les autres artistes interrogés depuis le confinement, Alain Souchon passe désormais ses journées le plus reclus possible, en respectant les règles de distanciation sociale.

Le chanteur, comme Louis Chedid, vit ce confinement à la campagne. Il explique : "Dès qu'il y a eu cette annonce, on s'est dit quitte à être confinés, autant l'être à la campagne. On est parti avec mes fils Pierre et Charles qui ont chacun une femme et des enfants. Ils sont chacun dans un gite qu'on a loué. On est dans trois maisons différentes pour ne pas vivre ensemble, on ne mange pas ensemble". 

Le chanteur nostalgique n'en oublie toutefois pas la musique... en famille. "Quelques fois on se réunit à deux mètres les uns des autres et on fait de la musique comme on va faire demain pour le festival Sofa (NDLR : un festival sur les réseaux sociaux lancé en France depuis le 26 mars qui invite les artistes à jouer depuis leur salon). On va chanter quatre ou cinq chansons sur internet". 

Alain Souchon insiste d'ailleurs sur l'utilité du numérique en cette période où le manque de lien social se fait sentir : "Internet est souvent critiqué parce que c'est vrai qu'il y a énormément de bêtises, de fake news, mais il y a des moments comme ceux-là où c'est le seul lien. Donc c'est très important, vive Internet dans ces moments-là".

Entre réjouissance et anxiété

Le chanteur se réjouit de la solidarité qui règne en cette période : "C'est terrifiant et en même temps les hommes se révèlent, tellement gentils les uns avec les autres, tellement plein d'empathie. Tout cela se mélange mais change notre vie complètement, c'est inouï ce qui nous arrive en ce moment".

Malgré tout, à l'inverse d'autres chanteurs qui profitent du confinement pour produire du nouveau contenu musical, Alain Souchon, un peu comme Loïc Nottet, se montre anxieux face à la situation et ne cherche pas à écrire de nouveaux titres actuellement. Il déclare ainsi : "Je grattouille un peu ma guitare pour faire de la musique dans la pièce mais franchement le cœur n'y est pas". Il ajoute :

Certainement après cette expérience du coronavirus dans un an ou deux me reviendront alors des émotions, qui me feront en écrire des chansons, mais sur le coup, je ne peux pas.

"Ici et là" : l'importance de la destinée

Il y a toutefois de la nouveauté chez Alain Souchon puisque le second single d'Âme Fifties est sorti. Après Presque, on trouve désormais Ici et là qui raconte la destinée des uns et des autres vectrice des inégalités sociales. Cette destinée peut être différente selon l'endroit où l'on naît et où l'on vit d'après le message de cette chanson.

L'auteur d'Âmes Fifties commente son nouveau single : "Maxime Le Forestier chantait une chanson très jolie 'Est-ce que les gens naissent égaux en droits à l'endroit où ils naissent' (NDLR : de la chanson Né quelque part, sortie en 1988). Cela vous détermine pour la vie. Si vous avez des parents qui ne pensent qu'à regarder le football à la télévision et vous disent : 'va jouer dehors tu nous gênes' ce n'est pas pareil que si vous avez des parents qui vous disent : 'bon tu as fait tes devoirs ? Tu sais ce que c'est Les mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand ? Tiens, regarde comme c'est intéressant !' ou 'Va au musée, va au Louvre'. Ce sont deux éducations qui font que la vie dépend de cette destinée".

En espérant que la destinée du monde soit de sortir de cette crise sanitaire au plus vite, vous pourrez (re)voir Alain Souchon sur scène en Belgique, le 14 mai au Wex de Marche-en-Famenne et le 24 novembre à Forest National.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK