RTBF .be

« Les douze salopards », un des plus grands classiques des films de guerre - RTBF Films

Fictions et séries

« Les douze salopards », un des plus grands classiques des films de guerre

  • Douze militaires condamnés à mort sont entraînés, sous l’ordre des généraux, par le major John Reiman (Lee Marvin) à de longues peines de prison ou à des travaux forcés, afin de créer une unité d’élite, chargée d’effectuer une mission commando officieuse en France occupée.

    Le grand Robert Aldrich

    Je pense que la guerre réveille à la fois le meilleur et le pire en l’homme, mais pas seulement le pire. Prenez la séquence où Jim Brown sprinte à travers la cour du château, laissant tomber des grenades dans les systèmes de ventilations aspergés d’essence : j’ai essayé de dire là que ce ne sont pas seulement les Allemands qui commettent des actions particulièrement atroces et que les Américains agissent de même. La guerre est déshumanisante : il n’y a pas de guerre propre.

    Le réalisateur avait une vision de la guerre et du cinéma qui partageait les avis quant au message véhiculé au travers de son film « Les douze salopards ». D’un côté, certains y voyaient un discours fascisant et glorifiant la violence, de l’autre, nombre de critiques y ont vu une violente satire contre l’armée.

    « Les douze salopards », un des plus grands classiques des films de guerre

    « Les douze salopards », un des plus grands classiques des films de guerre - © Tous droits réservés

    Un film scindé en 2 parties

    Dans la première partie du film, Aldrich nous montre la destruction lente et programmée de l’individu au travers de l’entraînement de la « Dirty Dozen », entraînement qui a pour but d’abolir toute individualité afin de former un groupe uni, hors norme, borné et prêt à perdre la vie à tout moment !

    La suite, quant à elle, met ces différents criminels sur un piédestal, les montrant telles des figures héroïques qui vont user de la violence et dévoiler ainsi la dure réalité de la guerre.

    Aldrich souhaitait montrer le côté abominable de la guerre à l’encontre des combats trop souvent idéalisés. En mettant le spectateur face à ces scènes d’une violence assez choquante, les délimitations entre le bien et le mal sont abolies et laissent le public en pleine réflexion quant à la question de l’héroïsme

    Découvrez « Les douze salopards » dans votre Classic Ciné, ce mercredi 29 mai à 21h05 sur La Trois

Prochaines émissions

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles