La Deux

21:55 - Vendredi 21 avril

Tellement ciné

Tellement ciné
  • Durée : 00:36
  • Controle parental : Pour tous

Sean Penn revient derrière la caméra près de dix ans après « Into the Wild » pour filmer la romance entre Javier Bardem et Charlize Theron, deux médecins d'une organisation humanitaire qui tombent éperdument amoureux au Liberia, pays ravagé par une guerre civile. Présenté en compétition officielle l'année passée à Cannes, « The Last Face » a été accueilli avec une certaine froideur (pour rester poli). Fort d'un casting qui compte aussi Jean Réno et Adèle Exarchopoulos, ce drame sur fond de conflit en Afrique vaut sans doute mieux que ce que le public cannois laisse suggérer.
Souvenez-vous l'an passé de « L'économie du couple », l'excellent drame de Joachim Lafosse sur un couple séparé mais obligé de cohabiter dans le même appartement pour des raisons financières. Sur un pitch similaire, Dominique Farrugia choisit le ton de la comédie et réunit Gilles Lellouche et Louise Bourgoin qui vont devoir vivre « Sous le même toit » avec leurs deux enfants après leur divorce. Accompagné de Manu Payet, Marilou Berry et Marie-Anne Chazel, ce duo terrible prouve que l'on peut traiter les sujets de société sur le mode de la gaudriole mais avec suffisamment de pertinence pour faire de cette comédie une belle réussite.
Après une expédition sur Mars, six personnes de la Station spatiale internationale doivent étudier un échantillon de la planète. Ils découvrent qu'il contient des traces de vie... Prenez une pincée de « Gravity » pour le grand huit spatial, un zeste de « Alien » pour la menace d'origine inconnue et destructrice et vous obtenez « Life », un subtil mélange d'horreur et de science-fiction qui arrive à tirer son épingle du jeu grâce à une gestion habile de la peur et un casting aux petits oignons emmené par Jake Gyllenhaal, Ryan Reynolds et Rebecca Ferguson.
Si la science-fiction peut prendre des visages très différents, que ce soit un grand spectacle bourré d'effets spéciaux ou au contraire un film minimaliste, le film spatial qui appartient à cette typologie, a toujours intéressé les grands auteurs du cinéma comme Kubrick, Danny Boyle, David Lynch ou plus récemment Alfonso Cuarón. Comment ces cinéastes se sont appropriés avec leurs styles les grandes épopées célestes ? Tellement Ciné consacre un dossier à l'occasion de la sortie de « Life » sur ces odyssées filmiques qui partent à la rencontre de nouvelles planètes, d'étoiles et de galaxies inconnues.
En 1947, Seretse Khama, jeune Roi du Botswana et Ruth Williams, une londonienne de 24 ans, tombent éperdument amoureux l'un de l'autre. Tout s'oppose à leur union : leurs différences, leur famille et les lois anglaises et sud-africaines. Mais en défiant les ditkats de l'apartheid, le couple va surmonter tous les obstacles et leur amour va changer leur pays et inspirer le monde. Sur base de l'histoire vraie d'un amour interdit aux yeux des tous dans un contexte historique encore perclus de préjugés et de xénophobie, la réalisatrice Amma Assante a choisi Daniel Oyelowo et Rosamund Pike pour incarner ce couple dans le drame romantique et biographique « A United Kingdom », un poignant récit sur une union mixte qui défia les conventions d'une époque et le racisme.
« Et les mistrals gagnants » est un documentaire montrant des enfants malades depuis longtemps. Ils ont des pathologies différentes et résident dans cinq endroits de France différents. En portraits croisés, se découvre leur quotidien, avec leurs jeux, leurs joies, leurs rêves, les soins nécessités par leur pathologie. Faisant preuve d'une grande maturité et de lucidité face à leur maladie, ils vivent dans l'instant présent avec intensité, capables de passer sans transition du rire aux larmes, montrant que la maladie n'empêche pas d'être heureux. Anne-Dauphine Julliand la réalisatrice du film mène un combat de tous les jours depuis la naissance de deux de ses filles, touchées à la naissance par une