La Une

14:30 - Samedi 23 mars

Cyclisme Milan - San Remo

Cyclisme Milan - San Remo
  • Durée : 02:51
  • Controle parental : Pour tous

Fantasme des sprinteurs, Milan-Sanremo, qui fait rêver sous le soleil de la Riviera les plus rapides du peloton (Viviani, Ewan, Démare, Sagan) mais aussi le puncheur français Julian Alaphilippe, ouvre samedi le chapitre printanier des grandes classiques. La Cipressa et le Poggio, les deux dernières difficultés de la "classicissima", la Via Roma, la ligne d'arrivée au coeur de Sanremo après 291 kilomètres, relèvent du mythe du cyclisme. Chaque année, les mêmes interrogations reviennent sur la donne tactique, entre puncheurs contraints de passer à l'offensive et sprinteurs soucieux d'attendre les derniers instants. Les trois dernières éditions ont donné lieu à trois scénarios différents: sprint d'un peloton (Démare en 2016), attaque à trois dans le Poggio (Kwiatkowski en 2017), échappée solitaire dans le Poggio (Nibali en 2018). Autant dire que tout se joue sur un fil, en raison de la fatigue qui brouille la lucidité après six à sept heures de course, du vent, qui décourage les attaques s'il souffle de face.