Cinéscope : Philippe Noiret (Boucle de nuit)

Cinéscope (archives)
  • Durée : 00:56:22

Emission réalisée en 1988. Arlette Vincent s'entretient avec l'acteur français Philippe Noiret. Né à Lille en 1931, il y vécu jusqu'à l'âge de sept ans. Devenu, ensuite, toulousain il fréquenta plusieurs lycées. L'un de ses professeurs, au collège de Neuilly, l'intéressa au théâtre classique et au chant choral. C'est ainsi qu'il monta sur les planches à l'occasion de spectacles de fin d'année. Avec la bénédiction de son père, il entre dans la carrière artistique et réussit à se faire engager dans la plus célèbre compagnie théâtrale de l'époque, le Théâtre National Populaire, dirigé par Jean Vilar où il restera pendant sept ans. Pour se divertir et arrondir ses fins de mois, il monte, en compagnie de son ami Jean-Pierre Darras, quelques numéros de cabaret. C'est au cours de cette période qu'il épouse Monique Chaumette qui fait également partie de la troupe du T.N.P. Agnès Varda lui offre sa première chance au cinéma en 1956 dans "La pointe courte", où il découvre surtout "l'horreur de se voir à l'écran". Auparavant, il a beaucoup joué au théâtre mais il quitte les planches sans regret non sans avoir créé, au Théâtre de l'Atelier la pièce de Françoise Sagan : "Château en Suède". Son vrai contact avec le cinéma a lieu en 1960 sous la direction de Louis Malle ("Zazie dans le métro") et il y prend vraiment goût. Son premier grand succès public il le connaît avec "Alexandre le bienheureux" d'Yves Robert, en 1967- C'est déjà son 27ème film ! Jusque-là il avait tourné sans choisir ses metteurs en scène et ses sujets. Désormais, il peut se le permettre, alternant les genres et les personnages. II fait partie des vedettes qui donnent leur chance à de jeunes réalisateurs. Parce qu'il parle très bien l'anglais, Philippe Noiret a tourné des films américains sous la direction d'Anatole Litvak, d'Alfred Hitchcock, de Peter Ustinov. Deux films lui ont également permis de se faire un nom en Italie : "Mes chers amis" et "La Grande Bouffe". Certains voient en lui le chef de file des "nouveaux" séducteurs du cinéma français. II est aussi convaincant dans le drame que dans la comédie et il estime lui-même qu'il n'y a pas d'échelle de valeur dans les genres ; il n'y en a que dans la qualité des films. Il a remporté un César pour son film "Le vieux fusil". Après "Les Ripoux" il en est à sa 4ème nomination pour cette même distinction. Et, alors qu'il compte plus de quatre-vingt-six films à son actif, Philippe Noiret, à 53 ans - dont 26 de cinéma - a encore tout son avenir devant lui. Parmi ses actrices préférées, il cite, bien sûr Romy Schneider et Annie Girardot ; mais il n'en oublie pas pour autant toutes celles avec qui il a travaillé à ses débuts. Avec son humour coutumier il traduit ainsi son grand art de la composition qui lui permet d'aborder tous les types de personnage.

  • Journaliste présentateur : Vincent Arlette
  • Réalisateur Mbre Interne Personnel : Michel Thierry
  • Métiers de production : Michelems René, Michelems Yvette
  • Producteur : Gouverneur Jacques
  • Caméraman : Ronday Lucien
  • Ingénieur du son : Gérard André
  • Monteur : Peeters Eric