RTBF .be

Quand l'ostéopathie s'allie à l'orthodontie - RTBF Vis ta mine

Vis Ta Mine !

  • La Deux
Vis Ta Mine !

Quand l'ostéopathie s'allie à l'orthodontie

  • La prise en charge ostéopathique chez l’enfant portant un appareil dentaire est très intéressante.

    L’appareil manducateur, à savoir les tissus et organes qui interviennent au moment de l'alimentation,  à la particularité d’avoir une concentration musculaire très importante des mécanismes neuro-musculaires complexes.

    Chez l’enfant de moins de 9 ans, les os du crâne ont encore une grande malléabilité. Ils s’adaptent encore facilement aux contraintes extérieures. L’ostéopathe peut accompagner et favoriser cette malléabilité par un travail sur la structure (crâne, colonne) et sur la musculature de l’enfant. Cet accompagnement ostéopathique a pour but de limiter les algies et dysfonctions de l’appareil manducateur (A.D.A.M.).

    Lorsque l’appareil manducateur fonctionne bien, nous ne devons pas réfléchir pour mastiquer, sucer, avaler, couper, parler, chanter. Il suffit qu’il y ait un "déséquilibre" pour qu’une de ces fonctions soit perturbée. Appliquer une contrainte sur la mandibule peut avoir des contrainte jusque dans la façon de nous tenir. Exemples :

    • Si lorsque l'on mange, on a une douleur à une dent, on va essayer de ne pas mordre dessus. A la longue, notre corps apprend à ne pas utiliser ce côté là. La mécanique qui était symétrique au départ, devient asymétrique. Le corps doit alors compenser pour palier à ce déséquilibre il "élabore" une nouvelle occlusion : l'occlusion de convenance.
    • Lorsque l’on doit rester la bouche ouverte trop longtemps, cela peut entraîner des crampes musculaires et/ou une élongation ligamento capsulaire. Ces crampes et élongations peuvent avoir un retentissement encore longtemps après. L'ostéopathe conseille donc toujours, dans la mesure du possible, qu’il n’y ait pas d’anesthésie totale mais locale.

    En dehors d’un traitement ostéopathique, il est à noter qu’il existe des comportements nocifs :

    • dormir sur le ventre conduit à un appui mandibulaire latérale permanant et à une rotation exagérée du cou.
    • Une statique "avachie" tête vers l’avant peut favoriser certaines tensions et/ou compensations.
    • L’utilisation du téléphone entre tête et épaule entraîne une contrainte musculaire !
    • La sac que madame porte sur une épaule !
    • Notre posture en voiture peut aussi favoriser certaines tensions.
    • Le fait de chiquer.
    • Avoir les dents qui se touchent alors que nous ne mangeons pas !
    • Parler (chanter) consentement avec la tête du même côté.
    • Sa position au bureau.

    Jean-Edouard Stocq nous en parle d'avantage dans la vidéo ci-dessous.

     

    Voir
  • Quand l'ostéopathie s'allie à l'orthodontie

    • Quand l'ostéopathie s'allie à l'orthodontie

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles