RTBF .be

4 bonnes raisons de regarder la série "Versailles" - RTBF Versailles

Versailles

  • La Deux
Versailles

4 bonnes raisons de regarder la série "Versailles"

  • Beauté des décors, personnages résolument modernes, etc. On vous liste, avec l'aide de Direct Matin, les 4 bonnes raisons de regarder la nouvelle série originale Versailles. Plus d'excuse pour passer à côté ! Dès le mercredi 6 janvier sur La Deux.

    A partir du 6 janvier, La Deux vous propose de découvrir une série inédite : Versailles. Mais pourquoi ne faut-il surtout pas la manquer ?

    1. Pour la beauté des décors et des costumes… et de la bande son

    Raison 1 : décor, costumes et musique

    Raison 1 : décor, costumes et musique - Thibault Grabherr

    Tournée à Versailles pour les scènes extérieures, et à Vaux le Vicomte pour les scènes intérieures, la série bénéficie de la beauté des décors naturels qu’offrent ces lieux.

    Les costumes sont, eux aussi, particulièrement soignés. Normal quand on sait que leur création a été confiée à Madeline Fontaine, deux fois césarisée pour son travail sur 'Un long dimanche de fiançailles' et 'Séraphine'.

    Les amateurs de musique reconnaîtront le groupe électro français M83 qui signe le générique de la série. La composition musicale des épisodes a été confiée à Eduardo Noya, dit NOIA, dont le travail a déjà été remarqué sur la bande son du film "Mommy" de Xavier Nolan.

    2.Pour la relation entre Louis XIV et son frère, Philippe d’Orléans

    Raison 2 : la relation entre les deux frères

    Raison 2 : la relation entre les deux frères - Anouchka de Williencourt

    La relation entre les deux frères est une des pièces maîtresses du scénario de "Versailles". Et la qualité de l’interprétation de George Blagden (Louis XIV) et d’Alexander Vlahos (Philippe) n’y est pas étrangère. "Le cœur de la première saison reste la relation entre ces deux frères" explique Jalil Lespert. "Entre eux, il y a une relation haine/amour faite de concurrence et de fidélité absolue" poursuit-il.

    Une chose est certaine, le personnage de Philippe d’Orléans dans la série ne laissera personne indifférent tant les créateurs de Versailles ont été fasciné par la personnalité du frère de Louis XIV. "Son frère Philippe, duc d’Orléans, dit Monsieur, nous a fait l’impression d’un personnage hors du commun" précisent Simon Mirren et David Wolstencroft dans une note d’intention. "Jamais nous n’avions rencontré un tel personnage, guerrier ouvertement gay, patron des arts, prescripteur des goûts et de la mode, esclave soumis à son mignon, le très manipulateur chevalier de Lorraine, et homme qui a toujours vécu dans l’ombre de son frère" poursuivent-ils. 

    3. Parce que ses créateurs comparent Louis XIV et Versailles à Steve Jobs et Apple…

    Raison 3 : la comparaison avec Apple

    Raison 3 : la comparaison avec Apple - © Tous droits réservés

    C'est sans doute l'un des détails les plus amusants de cette série. Les deux créateurs, Simon Mirren et David Wolstencroft, ont expliqué la raison majeure qui les a poussés à écrire une série sur un roi de France.  

    "La réponse tient en un mot : Apple. Le monde entier a assisté à la transformation d’Apple en une marque planétaire par Steve Jobs. Peu de gens, en revanche, savent que sans Louis XIV et Versailles, rien de notre monde actuel n’existerait en l’état. Versailles fut en son temps ce qu’Apple est devenu : une marque internationale. La tout première de l’Histoire" expliquent-ils.

    Cette comparaison plutôt étonnante aura le goût de titiller notre curiosité...

    4. Parce que l’évolution de Louis XIV est comparable à celle de Michael Corleone dans 'Le Parrain'

    Raison 4 : le lien entre Louis XIV et Michael Corleone

    Raison 4 : le lien entre Louis XIV et Michael Corleone - © Tous droits réservés

    Pour le réalisateur, Jalil Lespert, le Louis XIV de la série 'Versailles' possède une trajectoire comparable à celle de Michael Corleone (incarné par Al Pacino) dans le chef d’œuvre "Le Parrain".

    "J’ai demandé à George Blagden de regarder ce que fait Pacino dans Le Parrain, son parcours dans la première saison étant assez proche de celui de Michael Corleone. Je lui expliquais : ‘Tu vois, Pacino n’est pas encore le parrain, il va le devenir’" révèle le réalisateur des deux premiers épisodes. "George ne l’avait pas encore vu… j’ai réalisé que pour lui c’était un vieux film… j’ai pris un sacré coup de vieux ce jour-là" continue Jalil Lespert. 

    Repérerez-vous cette ressemblance ?

    À lire aussi

En direct

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles