RTBF .be

Lara Croft ajoute une nouvelle corde à son arc - RTBF Tellement cine

Tellement Ciné

  • La Deux
Tellement Ciné

Lara Croft ajoute une nouvelle corde à son arc

  • Si l'intrépide et athlétique aventurière est indissociable de la plastique d'Angelina Jolie sur grand écran, Lara Croft trouve une cependant une nouvelle incarnation en la personne d'Alicia Vikander. Changement de cap pour l'actrice suédoise qui entend bien apporter plus de psychologie au personnage en jouant moins sur ses attributs physiques.

    Remontons un peu le temps. Au début des années 2000, le jeu vidéo Tomb Raider, véritable franchise médiatique, se voit transposé au cinéma. Peu étonnant tant le potentiel de la série convoque tous les éléments appréciés des producteurs hollywoodiens : une marque déjà bien établie auprès des gamers (5 jeux sortis), un univers fait d'action, d'aventure avec une pointe de fantastique et surtout une héroïne sexy qui gravite entre mille dangers à la recherche d'artefacts mythiques. Lara Croft, sorte d'Indiana Jones en mini-short, possède un potentiel qu'il aurait été dommage de ne pas exploiter au cinéma. Et c'est chose faite dès 2001 avec Lara Croft: Tomb Raider réalisé par Simon West. L'heureuse élue est Angelina Jolie qui endosse à la perfection le mini-short et les deux revolvers solidement attachés aux hanches tandis que Daniel Craig, pas encore auréolé du prestigieux matricule double 0, surnage en adversaire pleutre. Si le film remporte un score honorable au box office, la critique quant à elle écorne le produit fini. Il est vrai que le film se résume à une intrigue banale exploitant sans génie l'univers du jeu. Heureusement, 'Angie' et ses formes généreuses personnifie à merveille la Lara Croft de nos fantasmes. Deux ans plus tard, elle revient dans la suite intitulée Lara Croft : Tomb Raider , le berceau de la vie (dirigé par Jan de Bont) et le bilan est encore plus amer : le film est une déception, voire un échec, au box-office américain. Les critiques se font plus dures encore que pour le précédents et le public semble se désintéresser du sort de l'archéologue. Lara redevient avec succès une héroïne de pixels et poursuit ses aventures sur consoles et PC avec un enthousiasme jamais démenti.

    La malédiction des adaptations de jeu vidéo

    Si les deux volets de Tomb Raider n'ont pas laissé une empreinte durable dans le 7ème art, le constat est similaire pour toutes les tentatives précédentes (et à venir) d'adaptations pour le cinéma de franchises vidéoludiques fortes. Qui se souvient de Super Mario Bros. (sorti en 1993) où Bob Hoskins et John Leguizamo incarnaient respectivement Mario et Luigi dans la première adaptation live fondée sur un jeu vidéo ? Et ce ne fut pas la seule tentative infructueuse, voici un petit récapitulatif non exhaustif d'échecs commerciaux et critiques :  Street Fighter - L'ultime combat (1994) avec JCVD, Hitman (2007) et Hitman: Agent 47 (2015), Need for Speed (2014) pour ne citer que les titres les plus connus du grand public. Même quand les studios investissent de gros sommes et que les stars se prêtent au jeu, le résultat est rarement synonyme de réussite, qu'il s'agisse de Max Payne (2008) avec le pourtant bankable Mark Wahlberg, de Prince of Persia : Les Sables du temps (2010) avec Jake Gyllenhaal et des récents Assassin's Creed (malgré la présence au casting de Michael Fassbender, Marion Cotillard, Charlotte Rampling et Jeremy Irons) et Warcraft : Le Commencement, tous deux sortis en 2016 et loin de rencontrer le succès escompté.

     Un désaveu du public ?

    Exception faite de la série Resident Evil (6 épisodes tout de même) portée par Milla Jovovich et qui s'est affranchie de son modèle vidéoludique pour devenir une série lucrative, les jeux n'ont pas la cote au cinéma. Pourquoi dès lors continuer à en produire alors que cela semble être une entreprise vouée à l'échec ? Il n'est cependant pas question de baisser les bras tout de suite ! En attendant l'adaptation d'Uncharted, autre licence de prestige, c'est Tomb Raider qui tente de se racheter une conduite puisque Lara Croft prépare son come-back dans une version moins bariolée et sans doute plus crédible. Fortement inspiré du volet 'reboot' (sorti en 2013) qui proposait de vivre la première aventure de la belle et athlétique aventurière, ce Tomb Raider nous fait découvrir une jeune Lara à la poursuite d’une tombe légendaire d'une île mystique au large du Japon. Moins pulpeuse qu’Angelina Jolie, la suédoise Alicia Vikander prend le relais dans ce film d’aventure trépidant qui pourrait devenir (croisons les doigts) la première vraie adaptation réussie d’un jeu vidéo à l’écran ! La suédoise elle aussi oscarisée (en 2016 pour The Danish Girl) propose une version moins sexualisée du caractère pensé à l'origine comme une réponse aux stéréotypes de personnages féminins. Gageons toutefois que cette Lara y gagne au change ! Réponse dans les salles dès le 14 mars.

     

    Tout le monde debout

    Tout le monde debout

    Tout le monde debout - Nicolas Schul

    Après Lara Croft, voici venu le premier film d'une personnalité française très populaire ! Jocelyn est un dragueur et un menteur invétéré.  Lassé d'être lui-même, il se retrouve malgré lui à séduire une jeune et jolie femme en se faisant passer pour un handicapé.  Jusqu'au jour où elle lui présente sa sœur elle-même handicapée...  Pour sa première réalisation, Franck Dubosc fait ce qu’il fait de mieux : la comédie !  Mais attention, si le thème est sensible, Tout le monde debout se révèle touchant, drôle et jamais vulgaire.  A ses côtés, Alexandra Lamy, Gérard Darmon et Elsa Zylberstein rayonnent dans ce film comique mené sur les chapeaux de roue !  Interviews de Franck Dubosc et d'Alexandra Lamy.

     

    Le portrait de la semaine : Franck Dubosc

    Franck Dubosc

    Franck Dubosc - © Tous droits réservés

    C’est qu’il a plus d’un atout dans sa manche Franck Dubosc ! Popularisé par son éternel rôle de dragueur/loser un peu beauf dans ses spectacles, ses sketchs (Pour toi, Public) et surtout dans le rôle de Patrick Chirac (la trilogie Camping), il a depuis prouvé que son talent dépassait de loin ce personnage dans lequel on l’a trop vite enfermé.  Gorian Delpâture retrace la carrière bien remplie de l’humoriste et acteur français ! De ses débuts dans A nous les garçons en 1985, son départ en Angleterre, les petites scènes parisiennes qu’ils partagent avec Elie Semoun ou Guillaume Canet à sa percée dans la comédie populaire, ce visage familier et sympathique se dévoile dans le portrait de la semaine tout en humour et en tendresse !

    Hannah

    Hannah

    Hannah - © Tous droits réservés

    On change d'ambiance avec un drame en partie tourné à Bruxelles. La vie d’Hannah bascule lorsque son mari est arrêté.  Son fils ne lui adresse plus la parole depuis des années.  Elle essaye, tant bien que mal, de s’occuper et multiplie les activités mais Hannah est seule et désespérée.  Hannah est un portrait de femme tout en délicatesse, réalisé par Andrea Pallaoro qui met en scène Charlotte Rampling. La performance de la comédienne est grandement acclamée et récompensée du prix de la meilleure interprétation féminine à la Mostra de Venise.  Interview exclusive de Charlotte Rampling.

    Selfilm Jonathan Lambert

    L'affiche du spectacle "Looking for Kim" de Jonathan Lambert

    L'affiche du spectacle "Looking for Kim" de Jonathan Lambert - © Tous droits réservés

    Le comédien et humoriste Jonathan Lambert sera de passage en Belgique le 27 mars prochain pour présenter son spectacle "Looking for Kim". Il propose un spectacle au charme nord-coréen en se plongeant dans la lecture (bios, mémoires, carnets, témoignages) pour évoquer tous ces fous du pouvoir. Il en a retiré les anecdotes, les petites histoires, les manies et s’aventure dans une conférence déjantée sur l’intimité et le ridicule de ces tyrans. Mais Jonathan Lambert est aussi un féru de cinéma et il dévoile ses films cultes, les scènes qui l'ont le plus marqué dans le Selfilm ! 

    La Part sauvage

    La Part sauvage

    La Part sauvage - © Tous droits réservés

    La part sauvage est un film de Guérin van de Vorst avec Vincent Rottiers, Salomé Richard et Sébastien Houbani.  Ben sort de prison où il s'est converti à l'Islam.  Tout ce qu'il souhaite c’est renouer avec son fils Samir.  Mustapha, son nouveau "maître à penser", l’incite à croire qu’il ne trouvera jamais sa place dans cette société́, et exacerbe son sentiment d’injustice.  Pour son premier long, Guérin Van de Vorst choisit un sujet délicat qu’il aborde avec délicatesse et pudeur.  Il livre surtout un portrait d’homme torturé avec une approche très naturaliste. Vincent Rottiers livre une nouvelle interprétation pleine d’intensité dans drame très réussi.  Rencontre avec l’équipe du film.

    Tellement Ciné c'est pas du cinéma ! Et c'est exceptionnellement ce mardi à 21h55 sur La Deux !

    Voir

Prochaines émissions

  • Samedi 22 septembre - 21:45 - La Deux Tellement ciné
  • Vendredi 28 septembre - 20:00 - La Deux Tellement ciné

    Dans une petite ville des Etats-Unis, Stéphanie, une...

  • Lundi 01 octobre - 00:35 - La Deux Tellement ciné

    Dans une petite ville des Etats-Unis, Stéphanie, une...

Liste des prochains directs

Voir tous les directs

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles