RTBF .be

Près de 3% de la population serait transgenre - RTBF Questions a la une

Questions à la Une

  • La Une
Questions à la Une

Près de 3% de la population serait transgenre

  • Ils font la une des magazines, deviennent égéries de grandes marques, défilent pour les plus grands ou sont des stars d’émissions de téléréalité. Mais loin des projecteurs, qui sont ces personnes qui ne se reconnaissent pas dans leur genre assigné à la naissance? Près de 3% de la population serait transgenre.

    Mais qu’est-ce qu’une personne transgenre? Pour l’expliquer, quelques concepts s’imposent... Il y a d’abord le sexe assigné à la naissance, il fait référence aux organes génitaux. Puis, l’identité de genre qui est le genre auquel on s’identifie: homme, femme ou entre les deux. L’expression de genre, c’est la manière dont on l’exprime, comment on s’habille, par exemple, et enfin l’orientation sexuelle, soit vers quel sexe on est attiré.

    Les personnes transgenres ont une identité de genre différente de celle qu’on leur a assigné à la naissance. Et elles ne veulent pas forcement d’opérations génitales.

     

    "Ce corps détestable …"

    Je ressens tant de haine dans l’immensité de ce corps torturant. Il ne voit pas même à quel point son physique est devenu écœurant". Ce texte intitulé "ce corps détestable" est celui de Gary. Il a écrit ces mots en 2010. Ce jeune homme de 22 ans est né fille. Pendant longtemps, il se sent isolé et incompris : "J’ai pensé au suicide parce que quand on se regarde dans le miroir et qu’on n’est pas soi-même, on se dit que ça ne vaut pas la peine de vivre".

    Il y a deux ans, Gary se fait opérer. Il subit une ablation mammaire et cela change tout. Il attend maintenant sa prochaine opération qui, pour lui, marquera le début de sa nouvelle vie. Gary a rendez-vous avec le seul chirurgien en Belgique qui opère les personnes transgenres mais l’attente sera longue: "On est un peu inondé d’hommes trans, explique le Dr Sam Monstrey, Chirurgien UZ Gent. Ça veut dire qu’on a une liste d’attente de cinq ans. Le nombre de patients qui se sont présentés ici a triplé. Et jusqu’à il y a cinq ans et surtout il y a dix ans, il y avait trois fois plus de femmes trans que d’hommes trans. Maintenant, je vois quatre fois plus d’hommes trans que de femmes trans. C’est comme ça en Belgique mais c’est un peu partout au monde". Ce chirurgien a déjà réalisé plus de 600 phalloplasties et 1400 vaginoplasties. Pour des personnes venant de l’étranger, le prix de cette opération est de 50 000€. Pour les patients belges, la mutualité intervient et l’opération revient à 2000€.

    Il ou elle: peut-on vraiment choisir?

    Il ou elle: peut-on vraiment choisir? - © Tous droits réservés

    Des conditions légales jugées inhumaines

    Jusqu’à présent, en Belgique, près de 900 personnes ont changé la mention sexe sur leur carte d’identité. Pour pouvoir opérer ce changement, plusieurs conditions doivent être remplies. La première est une attestation psychiatrique. Une première question se pose: les personnes transgenres sont-elles considérées comme des malades? Elles se trouvent en tous cas toujours dans le fameux et controversé DSM, le manuel de psychiatrie américain qui répertorie les maladies mentales.

    Pour changer de prénom, la loi en vigueur impose également le suivi d’un traitement hormonal. Et pour changer de sexe sur sa carte d’identité, les personnes transgenres doivent se faire stériliser. Pour Max Nisol, fondateur de l’association Genres Pluriels, "ces conditions pour changer les documents d’identité - c’est ce qu’elle fait cette loi: uniquement les changements de cartes d’identité - ce sont des conditions inhumaines et dégradantes. La Belgique a créé avec cette loi des sous-citoyens".

    Mais ces conditions pourraient évoluer en Belgique. Depuis quelques mois, un avant-projet de loi est en cours. Dans celui-là, seule une procédure administrative permettrait de changer son état civil. Fini donc la stérilisation et le cadre médical. Cet avant-projet de loi viserait aussi à donner des droits aux mineurs.

    Près de 3% de la population serait transgenre

    Près de 3% de la population serait transgenre - © Tous droits réservés

    Ces témoignages sont à découvrir ou redécouvrir dans le reportage d'Alisson Delpierre pour Questions à la Une; "Il ou elle: peut-on vraiment choisir?" disponible sur RTBF Auvio.

Prochaines émissions

  • Mercredi 20 février - 20:20 - La Une Questions à la Une - "Le porc wallon : une autre vie pour les cochons ?"

    Laurent Mathieu vous emmène à la campagne, à la...

  • Samedi 23 février - 08:25 - La Une Questions à la Une - Aliments ultra-transformés : nos amis ou nos ennemis ?...

    Laurent Mathieu vous emmène à la campagne, à la...

  • Mercredi 27 février - 20:25 - La Une Questions à la Une - Le porno est-il devenu l'affaire de tous ?" / "Flics ou...

    Laurent Mathieu propose 2 enquêtes de terrain inédites....

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles