RTBF .be

Le choix des chroniqueurs du lundi 26 janvier - RTBF Livres a domicile

Livrés à domicile

  • La Trois
Livrés à domicile

Le choix des chroniqueurs du lundi 26 janvier

  • Pour bien commencer l'année, Thierry Bellefroid et ses chroniqueurs, Laurent Dehossay et Michel Dufranne se sont lâchés. Dans  leur domaine d'expertise, ils ont glané leurs coups de coeur respectifs. Quand le romanesque s'en mêle, elles sont belles les échappées!

    «Ramulf » de Thomas Lavachery – Ed Ecole des Loisirs

    Michel Dufranne

    Michel Dufranne - © Tous droits réservés

    «Ramulf » de Thomas Lavachery – Ed Ecole des Loisirs

    «Ramulf » de Thomas Lavachery – Ed Ecole des Loisirs - © Tous droits réservés

    On dit qu'il est un peu simplet, aussi démuni qu'un enfant et et incapable de méchanceté. Pourtant, la tête de Ramulf vient d'être mise à prix. Le jeune homme a laissé échapper le singe qu'il venait d'acheter au marché et la créature en a profité pour se moquer publiquement de Jehanne la Pieuse, poétesse et fille de duc. L'humiliation est si grande qu'elle a fait sombrer la noble dame dans une dépression mortelle. Enragé par la haine, le chevalier de Montluc, secrètement épris de Jehanne, a juré d'avoir la tête de Ramulf et celle de son animal. Il a lancé à leur poursuite sa bande de Cholériques, des guerriers sans pitié ayant survécu au choléra-morbus. Il faut fuir, quitter le royaume de Lotharingie au plus vite. Pour tous, Ramulf n'a pas la moindre chance d'échapper à ses poursuivants. Et pourtant, la chasse à l'homme ne fait que commencer...

    «A la dérive » de Xavier Coste – Ed Casterman

    Thierry Bellefroid

    Thierry Bellefroid - © Tous droits réservés

    «A la dérive » de Xavier Coste – Ed Casterman

    «A la dérive » de Xavier Coste – Ed Casterman - © Tous droits réservés

    Paris 1910. Alors que la ville est envahie par les eaux de la grande crue de la Seine, un couple d'américains croulant sous les dettes et les menaces d'usuriers fomente un coup audacieux: profitant de la déroute générale piller la banque American Express! Le casse du siècle! Mais n'est pas braqueur de banques qui veut. Des "Apaches" (surnom des bandits parisiens au début du siècle avant les hauts faits des Brigades du Tigre) sont embauchés pour leur prêter main forte. L'engrenage fatal est en route. L'attaque tourne mal, un des gardiens est assassiné. Rapidement la police met la main sur un des éxécutants qui balance à tout va. Alors que l'Américain est appréhendé, son épouse parvient à s'échapper avec une grosse partie du butin. Il est condamné au bagne, elle reste libre. Il fera tout pour la retrouver ainsi que les liasses, garantie d'une vie meilleure... mais l'attendra-t-elle?

     

    « Un pays pour mourir » d'Abdellah Taïa - Seuil

    Laurent Dehossay

    Laurent Dehossay - © Tous droits réservés

     « Un pays pour mourir » d'Abdellah Taïa - Seuil.

    « Un pays pour mourir » d'Abdellah Taïa - Seuil. - © Tous droits réservés

    Paris, été 2010. Zahira, une prostituée marocaine en fin de carrière, est une femme généreuse malgré les humiliations et la misère. Son ami Aziz, sur le point de changer de sexe, est dans le doute. Mojtaba, un révolutionnaire iranien homosexuel qui a fui son pays, croise son chemin et loge chez elle durant le mois du ramadan. Allal, son premier amour, va quitter le Maroc pour la retrouver. À travers des fragments de vie qui s’entrechoquent violemment les uns contre les autres, Un pays pour mourir suit ces émigrés, rêveurs et invisibles, dans leur dernier combat. Des destins fracassés au cœur d’un monde postcolonial où trouver sa vraie place, avoir une deuxième chance s’avère impossible.

     

Prochaines émissions

  • Jeudi 13 décembre - 10:40 - La Trois Livrés à domicile - Johan Lolos

    Ce soir dans LAD, nous partons en voyage en 4 x 4 avec le...

  • Vendredi 14 décembre - 00:30 - La Trois Livrés à domicile - Johan Lolos

    Ce soir dans LAD, nous partons en voyage en 4 x 4 avec le...

  • Mardi 18 décembre - 21:55 - La Trois Livrés à domicile - Isabelle Wéry

    Les adjectifs ne suffisent pas pour définir le très...

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles