RTBF .be

Les immortels de " Hep taxi ! " - RTBF Hep taxi

Hep Taxi

  • La Deux
Hep Taxi

Les immortels de " Hep taxi ! "

  • D’Anémone à Agnès Varda en passant par Jean-Pierre Marielle, le taxi a été le théâtre de rencontres avec les plus grands artistes de notre époque. Et si ceux-ci ont laissé cette année un grand vide sur le siège arrière, il reste les souvenirs impérissables d’un moment de complicité entre Jérôme et ses invités…

    Anémone, une soif de liberté

    Les immortels de « Hep taxi ! »

    Les immortels de « Hep taxi ! » - © Tous droits réservés

    À l’instant même où Anémone a pris place dans le taxi de Jérôme avec son chien Turlutte, la comédienne s’est montrée fidèle à sa réputation. Avec son franc-parler légendaire, la Thérèse du " Père Noël est une ordure " a épinglé le star-système qu’elle méprisait tant, quitte à se saborder dans le métier. Mais ça, elle s’en fout. Son César de la meilleure actrice en 1988 pour Le Grand Chemin, elle s’en fout aussi. La reconnaissance de ses pairs l’importait peu, ce sont les gens qui l’intéressaient. Difficile dans un métier de l’image où l’on est scruté sans arrêt de clamer haut-et-fort sa différence. 


    Mais c’est pour ça qu’on l’aimait, Anémone. Parce qu’elle n’avait pas peur de dénoncer un système scolaire qu’elle considérait comme " facho " puisqu’il l’empêchait d’étudier ce qui l’intéressait vraiment. Elle se sentait prisonnière d’une société qui lui dictait ce qu’elle devait être. Une société qui l’a forcée à devenir mère, à son plus grand regret. Elle ne sourcille pas devant Jérôme quand elle clame qu’avoir des enfants a ruiné sa vie. Non pas qu’elle ne les aimait pas, mais elle préférait sa liberté. C’est comme ça qu’on se souviendra d’Anémone, comme une femme éprise de liberté.

    Charles Aznavour, l’éternel optimiste  

    Les immortels de " Hep taxi ! "

    Les immortels de " Hep taxi ! " - © Tous droits réservés

    " Vive la liberté ! ", c’est avec ce cri du cœur que Charles Aznavour a bondi dans le taxi du haut de ses 87 ans. Et cet optimiste de nature avait encore de l’énergie à revendre ! Face à un Jérôme admiratif, il a ainsi livré le secret de sa longévité : pas trop manger, pas trop boire, mais surtout, ne pas rester inactif. Quand il n’était pas chanteur, il était acteur. Mais pas pour le théâtre, même si c’est Anouilh qui lui demande. Les prestations en direct, il les réservait pour ses concerts. Charles, il préférait le cinéma. " Parce qu’on pouvait faire un film en 22 jours et le reste du temps, je pouvais rentrer chez moi. " 

    Autre secret de sa longévité, sa curiosité. Lorsque Jérôme lui demande " à quoi ça sert de savoir ? ", la réponse est lourde de sens : " à rien. " Et donc, à tout ! Difficile pour lui de quitter l’école à 10 et demi par manque de moyens, alors qu’il aimait ça. " C’est beau ce que ça vous apprend l’école, vous pouvez rêver avec ça. " De rêves, les chansons de Charles Aznavour en étaient remplies. Il aura été suffisamment généreux pour en partager quelques-uns le temps d’un trajet.

    Agnes Varda, la surréaliste 

    Les immortels de " Hep taxi ! "

    Les immortels de " Hep taxi ! " - © Tous droits réservés

    Comme elle a marqué l’histoire du cinéma en faisant partie des artistes qui ont lancé La Nouvelle Vague, Agnès Varda a également marqué l’histoire du taxi. Pour la première fois, c’est un véhicule à l’arrêt qui a accueilli cette invitée pas comme les autres. " Les voyages immobiles, c’est bien. On invente où on va, on n’a pas les contingences de la réalité. " Au point mort, le taxi a été le théâtre d’une succession de tableaux qui s’animaient sur la place Flagey pour retracer la vie de " Mamita punk ", comme l’appelaient ses petits-enfants. Ainsi, Ixelles est devenu l’espace d’un instant une plage, celle de Sète qu’Agnès Varda affectionnait tant : " Si on m’ouvrait un jour, on trouverait des plages. "

    De plages, il en est également question lorsqu’elle quitte la France pour les États-Unis. C’est là qu’elle fera la rencontre de Jim Morrison, le leader des Doors. Si elle accepte de parler avec Jérôme de son amitié avec le chanteur, il y a un secret qu’elle ne dévoilera pas : celui qui entoure sa mort dont elle fût témoin. Un mystère qu’elle a finalement emporté avec elle. Et ce n’est pas le sosie de Jim Morrison présent sur la place Flagey qui changera quoique ce soit. En revanche, lorsqu’une patate géante viendra lui tendre la main, elle acceptera de la saisir pour rentrer chez elle. Le surréalisme à la Varda !

    François Weyergans, l’Immortel 

    Les immortels de " Hep taxi ! "

    Les immortels de " Hep taxi ! " - © Tous droits réservés

    De surréalisme, François Weyergans n’en manque pas ! Qui d’autre que lui peut se targuer d’arriver 13 minutes en retard à sa propre cérémonie d’intronisation à l’Académie française ? Heureusement, l’écrivain était bien à l’heure pour nous conter sa vie dans le taxi de Jérôme. Une vie d’auteur qui commence à 9 ans lorsqu’il écrit son premier roman. Un récit inachevé, mais qui sera le premier pas vers une double consécration puisqu’il est un des rares auteurs à recevoir les prestigieux prix Goncourt et Renaudot. De quoi le rendre fier ? " C’est un sentiment qui m’est totalement étranger ! " 

    À défaut de fierté, l’écriture l’emplit de plaisir tout en le rendant malade. " Vous faites un premier jet qui est nul, mais il faut avoir le courage d’accepter ça pour faire du bon. " Une relation amour-haine a priori paradoxale, mais qui explique la rigueur de ce Bruxellois dans son travail. Un travail qui passe aussi par celui de cinéaste puisqu’il a réalisé un documentaire sur Maurice Béjart et la création artistique. L’art sous toutes ses formes, c’est ce qui animait l’homme. Il était convaincu que la musique jouait un rôle primordial dans l’allongement de l’espérance de vie. Il en est persuadé : Elvis Presley et les Rolling Stones lui ont fait du bien. Au-delà de son statut d’Académicien, c’est peut-être ça le véritable secret de l’Immortalité :  l’amour du rock‘n’roll. 

    Dick Rivers, le plus américain des Français

    Les immortels de " Hep taxi ! "

    Les immortels de " Hep taxi ! " - © Tous droits réservés

    Il fait partie des pionniers qui ont popularisé le rock en France avec Johnny Hallyday et Eddy Mitchell. Pour évoquer 50 ans de carrière, Dick Rivers, le plus américain des Français, a embarqué dans le taxi de Jérôme sous le regard de ses fans. Une carrière qui n’aurait peut-être pas existé si un ami ne lui avait pas conseillé d’écouter la chanson " Heartbreak Hotel " d’un certain… Elvis Presley ! " En 2 minutes et demie que doit durer cette chanson, ma vie a été chamboulée. " C’est à ce moment qu’Hervé Forneri abandonne son nom français pour celui, plus américain, de Dick Rivers. Un patronyme dont la traduction aura beaucoup fait rire Jérôme, comme le montre l’extrait ci-dessous. L’occasion pour le chanteur de rétablir la vérité sur la signification de ce nom. 

    En tout cas, ce nom lui aura porté chance, puisqu’à 15 ans à peine, ce Niçois d’origine rencontre immédiatement un immense succès avec son groupe Les Chats Sauvages. Une aventure de 16 mois à peine, mais suivie d’une longue carrière qui lui a permis de côtoyer les plus grands. " Tous ceux qui m’ont fait rêver, je les ai rencontrés. " Edith Piaf, Jacques Brel, Georges Brassens, Maurice Chevalier… Des voix reconnaissables entre mille et qui ont marqué à jamais l’histoire de la musique.

    Jean-Pierre Marielle, le taiseux 

    Les immortels de " Hep taxi ! "

    Les immortels de " Hep taxi ! " - © Tous droits réservés

    Une voix que l’on aime entendre, c’est celle de Jean-Pierre Marielle. Chaude, caverneuse, elle a quelque chose de rassurante. Mais dès qu’il s’agit de parler de lui, sa voix se fait plus discrète. " Si des gens ont envie de parler de moi, qu’ils en parlent ! Mais moi, parler de moi, qu’est-ce que vous voulez que je dise de moi ? " C’est là que la magie du taxi va opérer. Petit à petit, la langue du comédien va se délier au contact de Jérôme. S’il est plus enclin à aller boire un coup avec son ami Benoit Poelvoorde plutôt que de se confier sur sa vie, impossible pour lui de résister au plaisir de parler de son amour du jazz qui l’a amené à recevoir un chapeau de la main de Leonard Cohen.

    Marielle, il préfère parler de ce qu’il aime. Pas longtemps, mais à chaque fois avec le bon mot. Comme lorsque Jérôme lui demande pourquoi il aime l’écrivain Tchekhov et qu’il répond d’un habile "Pourquoi ? Eh bien, relisez-le !" Simple, efficace. En effet, il ne s’embarrasse pas des fioritures, car même si comédien est un métier d’image, lui, son image, " il s’en fout totalement ". Ce qui l’intéresse dans son métier, c’est d’avoir la possibilité de se réinventer constamment. " Notre métier, c’est pas fait pour se reposer. Les chaises-longues, c’est fait pour se reposer. " Un bourreau de travail qui ne regrette rien, car comme le disait Groucho Marx qu’il affectionnait particulièrement : " Si je devais recommencer ma vie, je ferais les mêmes erreurs, mais plus tôt ! "

    • Cliquez pour visionner

    • Cliquez pour visionner

    • Cliquez pour visionner

    • Cliquez pour visionner

    • Cliquez pour visionner

    • Cliquez pour visionner

Prochaines émissions

  • Vendredi 19 juillet - 01:15 - La Deux Rétro Taxi - Du taxi en rap (Akhenaton, Orelsan, Eddy de Pretto)

    Les clients : Akhenaton (IAM), Orelsan et Eddy de Pretto. ...

  • Vendredi 19 juillet - 02:10 - La Deux Rétro Taxi (Boucle de nuit) - Du taxi en rap (Akhenaton, Orelsan, Eddy de Pretto)

    Les clients : Akhenaton (IAM), Orelsan et Eddy de Pretto. ...

  • Vendredi 19 juillet - 03:06 - La Deux Rétro Taxi (Boucle de nuit) - Du taxi en rap (Akhenaton, Orelsan, Eddy de Pretto)

    Les clients : Akhenaton (IAM), Orelsan et Eddy de Pretto. ...

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles