RTBF .be

La pédophilie dans l’Eglise : le sujet choc du dernier film de François Ozon - RTBF Hep taxi

Hep Taxi

  • La Deux
Hep Taxi

La pédophilie dans l’Eglise : le sujet choc du dernier film de François Ozon

  • Ce 28 avril, François Ozon était l’invité de Jérôme Colin dans un Taxi particulier, plein d’introspection. Il revenait sur le contexte de son film et le bruit médiatique qu’il suscita.

    Outre la mise en lumière des actes de pédophilie au sein de l’Eglise, « Grâce à Dieu » raconte la genèse de l’association « La Parole Libérée », créée par les victimes du Père Preynat. Ce film leur a donné la parole, et leur a permis d’enfin exprimer leur souffrance au grand jour. Dans son film, Ozon utilise les vrais noms et prénoms des victimes, âgées aujourd’hui d’une 50aine d’années, ce qui nous immerge un peu plus dans une réalisation factuelle et dérangeante.

    « Moi, je montre les dysfonctionnements et j’essaie de montrer la logique de chacun. Montrer que peut-être aussi ces gens de la hiérarchie sont victimes d’une tradition, victimes d’une omerta qui existait avant eux et qui continue, qui se propage ».

    Dans notre Taxi, le réalisateur revenait sur les motivations qui l’ont poussé à réaliser son dernier film.

    L’affaire Preynat et Barbarin à la source d’un scénario polémique

    À la base de ce film, c’est un scandale hors normes qui secoua le clergé tout entier. Ce scandale, c’est celui lié à l’affaire de pédophilie du Père Bernard Preynat qui a fait trembler le Diocèse de Lyon. Il est inculpé de pas moins de 70 accusations à caractère sexuel commises entre les années 70 et 90. Ce n’est que bien plus tard que les victimes ont dévoilé les faits et que le prêtre, qui a détruit leurs vies, a enfin été mis en examen – et ce, en 2016 ! Dans cette affaire, le Cardinal Philippe Barbarin est également poursuivi, dès 2014, pour n’avoir pris aucune mesure contre le prête, alors qu’il prenait connaissance de ces actes dès 2007. Le 7 mars 2019, le Cardinal Barbarin sera reconnu coupable de non-dénonciation d’abus sexuel et condamné à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lyon.

    « Encore une fois, c’est symptomatique du comportement de l’Eglise, de l’espèce de contradiction qu’il y a entre les paroles et les actes ».

    Une publicité non désirée ?

    On comprend tout de suite l’intérêt médiatique qu’a suscité ce film puisqu’il est sorti deux semaines avant le procès. Le Père Preynat a même tenté de reporter la sortie du film à la décision de son procès estimée à la fin de l’année 2019. Selon le réalisateur, la polémique autour de son film n’était pas recherchée, bien au contraire ! Et François Ozon l’explique en toute sincérité dans cet extrait :

    C’est une histoire qui s’est présentée naturellement à lui, il n’aurait jamais pensé parler d’un tel sujet. Et pourtant, les victimes de l’association de « La Parole Libérée » ont su le convaincre et l’émouvoir…

    Pour en savoir plus sur ce film et son réalisateur, cette émission est à voir et à revoir dans son intégralité en replay sur Auvio !

    • Cliquez pour visionner

    • Cliquez pour visionner

    • Cliquez pour visionner

Prochaines émissions

  • Vendredi 19 juillet - 01:15 - La Deux Rétro Taxi - Du taxi en rap (Akhenaton, Orelsan, Eddy de Pretto)

    Les clients : Akhenaton (IAM), Orelsan et Eddy de Pretto. ...

  • Vendredi 19 juillet - 02:10 - La Deux Rétro Taxi (Boucle de nuit) - Du taxi en rap (Akhenaton, Orelsan, Eddy de Pretto)

    Les clients : Akhenaton (IAM), Orelsan et Eddy de Pretto. ...

  • Vendredi 19 juillet - 03:06 - La Deux Rétro Taxi (Boucle de nuit) - Du taxi en rap (Akhenaton, Orelsan, Eddy de Pretto)

    Les clients : Akhenaton (IAM), Orelsan et Eddy de Pretto. ...

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles