RTBF .be

"Maisons pirates"... Devoir d'enquête fait le point ! - RTBF Devoir d enquete

Devoir d'enquête

  • La Une
Devoir d'enquête

"Maisons pirates"... Devoir d'enquête fait le point !

  • Il y a un an, Devoir d’Enquête révélait au grand public un phénomène méconnu, celui des « maisons pirates », les structures d’hébergement non agréées. Un véritable système parallèle où les dérives foisonnent... Au mépris de toute dignité humaine !

    Faute de places officielles en Wallonie et à Bruxelles, ces " maisons " hébergent près de 3000 personnes : malades mentaux, handicapés, sans-abri, les plus fragiles de notre société. 
    Certains établissements sont bien tenus, d’autres maltraitent ou dépouillent leurs résidents. 

    Poursuites judiciaires...

    Un an plus tard, plusieurs patrons de maisons pirates sont poursuivis par la justice.

    Le directeur du Home Massimo de Gosselies, surnommé le " home de la honte ", a été arrêté en Espagne où il s’était enfui. Il devrait être jugé d’ici peu par le tribunal correctionnel de Charleroi.

    L’ancien directeur d’une maison d’accueil de Farciennes, le Prisme, a lui aussi été renvoyé en correctionnelle. Il est soupçonné d’infractions financières, de traitements inhumains et d’avoir porté des coups sur des résidents.

    Une autre structure de la région de Charleroi, les Cygnes de l’Etang, a été perquisitionnée. La directrice a été inculpée d’abus de biens sociaux, d’abus de faiblesse et d’infractions au Code wallon de l’action sociale.

    Et du côté des pouvoirs publics...

    Du côté des pouvoirs publics, la Région Wallonne a enfin pris conscience de l’ampleur et de la gravité de ce phénomène.

    Le parlement wallon a récemment voté un décret visant à encadrer ces structures non agréées, leur donner un cadre légal et sanctionner les dérives.

    Mais en attendant la mise en place de ces nouvelles règles, des dizaines de maisons pirates hébergent toujours, sans contrôle, des personnes fragilisées.

    Pire, de nouvelles structures continuent à s’ouvrir un peu partout à Bruxelles et en Wallonie.

    Certains résidents auront peut-être la chance d’y être bien logés, bien nourris et soignés par du personnel compétent. D’autres tomberont entre les griffes de propriétaires peu scrupuleux, voire malhonnêtes. Et cette sinistre " loterie " perdurera tant qu’il n’y aura pas assez de places dans les résidences officielles.

    Voir
    • Cliquez pour visionner

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles