RTBF .be

Les victimes de viol sont-elles respectées? - RTBF Devoir d enquete

Devoir d'enquête

  • La Une
Devoir d'enquête

Les victimes de viol sont-elles respectées?

  • Devoir d’enquête s’interroge, au travers d’un reportage étonnant, sur le violeur de la Sambre.

    Ce soir, l’émission Devoir d’enquête ouvre le dossier du Violeur de la Sambre. 

    Derrière ce nom de code, une réalité : un violeur en série qui sévit depuis 30 ans, dans le Nord de la France principalement et puis, ces dernières années à Erquelinnes, juste à la frontière française.

    C’est là, chez nous en Belgique qu’il va être repéré le 5 février dernier par notre police locale.

    L’homme sous les verrous s’appelle Dino Scala. Il est originaire du Nord de la France, il est présumé innocent évidemment mais en aveux de quelque 40 viols et agressions sexuelles.

    Depuis son arrestation, 8 dossiers ont été rouverts au parquet de Charleroi et des analyses ADN sont en cours sur les cheveux du suspect actuellement incarcéré à Lille.

    Un dossier présenté comme hors norme !

    Lorsqu'on pousse l'investigation...

    L'équipe de Devoir d'enquête sur le tournage du "violeur de la Sambre".

    L'équipe de Devoir d'enquête sur le tournage du "violeur de la Sambre". - photographie Jean-Michel Dehon

    Mais ce qui se dégage au fil de nos recherches, à la lecture de certains documents, aux conversations avec des proches de l’enquête, c’est que le viol semble bénéficier, encore aujourd’hui, d’une certaine impunité.

    Quand certains évoquent le nombre de victimes potentielles du violeur, d’autres s’amusent  à vanter la vigueur de l’agresseur. On entendra même de leur bouche des questions sur les caractéristiques physiques des victimes. Jeunes ? Jolies ? Comment étaient-elles habillées ? Bien roulées ?

    Quand on retourne dans le village du violeur présumé, six mois après son arrestation, il y a comme une volonté de " passer à autre chose ", de tourner la page …

    Petit à petit, cette question s’impose : les préjugés sur la soi-disant responsabilité de la victime dans les affaires de viols sont-ils toujours aussi tenaces ? Ont-ils un écho jusque dans les prétoires ou dans certaines salles d’audition ? Peuvent-ils, même involontairement, ralentir une enquête ?

    Le viol n'est pas une affaire sexuelle !

    Danièle Zucker, spécialiste des comportements criminels, casse les préjugés sur le viol.

    Danièle Zucker, spécialiste des comportements criminels, casse les préjugés sur le viol. - © Tous droits réservés

    Pour Danièle  Zucker, analyste des comportements criminels, il n’y a aucun doute : le viol est encore, la plupart du temps, considéré comme un jeu sexuel qui a mal tourné. Et les dossiers de viol avec auteur inconnu, restent parmi les plus complexes et les moins souvent élucidés.

    C’est le cas dans le dossier du " Violeur de la Sambre ".

    Un dossier qui révèle que la grande majorité des violeurs sont des violeurs en série. Ils ne s’arrêtent que quand on les arrête…

    On sous-estime trop souvent que c’est la victime qui détient les informations cruciales sur son agresseur : la façon dont il les immobilise, les paroles qu’il prononce, le temps qu’il reste à leur contact… D’où l’importance de l’audition.

    Pour Danièle Zucker, le viol n’est pas une affaire de sexe, mais de domination.

    Violer est un mode de vie, pas un dérapage, pas une pulsion…

    Malika Attar

    Journaliste

    Voir

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles