Soirée spéciale : la révolution arabe / vidéos

Image du doc 'Monde arabe : onde de choc'
3 images
Image du doc 'Monde arabe : onde de choc' - © Tous droits réservés

Le mardi 1er mars à 20.20 sur La Une

L’actualité s’écrit minute par minute dans le monde arabe. Un grand bouleversement est en marche pour 350 millions de personnes.

En Tunisie et en Egypte des révolutions pacifiques ont mis fin à des décennies de dictature. Aujourd’hui, c’est en Libye que le régime en place vacille. Des manifestants défient quotidiennement dans les rues le pouvoir de Kadhafi au péril de leur vie. Le dictateur est toujours en place mais pour combien de temps encore?

Pour décrypter cette actualité brûlante, pour mieux comprendre ce vent de révolte qui secoue le monde arabe et saisir la nature de ces dictatures, la rédaction du Journal Télévisé vous propose ce mardi 1er mars dès 20h20 une soirée spéciale présentée par Hadja Lahbib

Avec au programme, deux documentaires exceptionnels :

-          A 20h20 : Monde arabe : l’onde de choc, un documentaire d’actualité de Sofia Amara tourné en Tunisie, en Egypte, en Algérie, en Syrie et au Yémen. Un film essentiel pour comprendre le vent de révolte qui secoue le monde arabe et dont internet est le principal vecteur de contagion . Suivi d'une rencontre entre Hadja Lahbib et Sofia Amara.

-          A 21h15 : Kadhafi, notre meilleur ennemi, un documentaire d’Antoine Vitkine qui analyse comment et à quel prix le colonel Kadhafi a réussi à se maintenir au pouvoir pendant 42 ans. Un documentaire, dont la fin, sera actualisé jusqu’à la dernière minute.

Monde arabe : l’onde de choc, un film de Sofia Amara

Dans ce documentaire, la journaliste Sofia Amara, nous montre comment le web est devenu l’outil principal de la contestation. Elle nous révèle également comment, la jeunesse Egypte, initiatrice de la révolte, a été formée en Serbie à la révolution pacifique et non violente. Elle y analyse les raisons de la colère de cette jeunesse et comment ils ont pu fédérer une large partie de la population. Avec une question en filigrane: le vent de révolte va-t-il embraser toute la Région ?

Le 14 janvier 2011, au terme d’un mois de manifestations dans tout le pays, le président tunisien Ben Ali quittait précipitamment le pays. La Révolution de jasmin, venue à bout de la dictature au pouvoir depuis 23 ans, a provoqué une onde de choc dans tout le monde arabe. Au Yémen, en Syrie, en Jordanie et en Egypte des manifestations contre le pouvoir en place se sont organisées. Mais c’est en Egypte que la contestation, portée par la jeunesse, a pris le plus d’ampleur. Ainsi, le vendredi 11 février, le président égyptien Hosni Moubarak démissionnait lui aussi, chassé par la rue après 30 ans de pouvoir sans partage. Après la Tunisie et l’Egypte, la révolte gagne le pays voisin, la Libye, où les jeunes manifestants contestent, malgré la répression, dans les rues le régime de Kadhafi au pouvoir depuis plus de 40 ans. Partout, le mode opératoire des manifestants est le même : l’appel par internet. Les jeunes Tunisiens, Egyptiens, Libyens, Algériens, ne cessent de communiquer via les réseaux sociaux, échangeant ainsi informations, conseils et même slogans. Le Web s’est aussi révélé être un outil très efficace  pour mobiliser toutes les strates de la société. 

La journaliste Sofia Amara a suivi les initiateurs de cette lame de fond portée par internet en Egypte mais également en Algérie pour comprendre leur capacité d’organisation, leur stratégie et surtout leur chance de réussite. Elle nous révèle ainsi que des jeunes Egyptiens ont été formés à la révolution pacifique auprès de militants Serbes du mouvement OTPOR (« Résistance ») une organisation politique, considérée comme l'un des acteurs majeurs de la chute du régime de Slobodan Milošević. 

 

Kadhafi, notre meilleur ennemi, un film d’Antoine Vitkine

La Libye fait en ce moment la Une de l’actualité. Un peu partout dans le pays, des manifestants risquent leur vie pour contester la dictature du colonel Kadhafi et les victimes se comptent déjà par centaines. Le régime est encore en place, mais pour combien de temps encore ? Dans son documentaire, Antoine Vitkine dresse le portait d’un dictateur au pouvoir depuis plus de 40 ans, tantôt au ban de la scène internationale, tantôt chef d’Etat courtisé.

Décembre 1988, un Boeing américain explose au-dessus de Lockerbie, en Ecosse, faisant 270 victimes. Septembre 1989, un DC10 de la compagnie UTA reliant Brazzaville à Paris explose en vol. Bilan: 171 morts, pour la plupart Français. Très vite, les enquêtes désignent un responsable: Mouammar Kadhafi. Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat au début des années 70, celui-ci est le maître absolu de la Libye. Kadhafi est alors un paria sur la scène internationale. Un homme infréquentable. 20 ans plus tard, les choses ont changées. Depuis 2003, les Etats occidentaux ont renoué des relations diplomatiques et envoient chefs d'Etat ou  ministres en Libye. Que s'est-il passé ? Comment Kadhafi est-il passé, en quelques années seulement du statut de terroriste, de paria à celui de respectable et courtisé chef d'Etat ? Ce documentaire raconte l'histoire d'un étonnant "come back" où il est question de raison d'Etat, de realpolitik, de gros sous mais aussi de l'action d'un dictateur aussi excentrique qu'habile. Mais l’histoire n’est pas finie et elle s’écrit encore, la fin du film est d’ailleurs sans cesse actualisée. 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK