"Service volé" : un téléfilm sur le combat de la tenniswoman Isabelle Demongeot contre son violeur

Adaptation du livre d'Isabelle Demongeot, "Service volé" raconte la bataille judiciaire menée par la jeune prodige du tennis contre son entraineur qui l'a violée pendant neuf ans. Une coproduction RTBF portée par Julie de Bona, à découvrir en deux parties le jeudi 18 novembre dès 20h35 sur La Une.

Isabelle Demongeot (Julie de Bona) est promise à un avenir glorieux. Joueuse de tennis depuis son enfance, elle est encadrée par Tony Maillan (Laurent Lucas), entraineur star jouissant d'une excellente réputation. Mais dans le plus grand des secrets, Isabelle subit ses attouchements et viols pendant neuf ans… Sous l'emprise de son bourreau, l'adolescente se mure dans le silence. À presque 40 ans, son histoire ressort dans le cabinet d'un médecin. Isabelle est prête à porter plainte, mais il y a malheureusement prescription. Apprenant que Tony entraine toujours des jeunes joueuses, elle se lance à corps perdu dans la recherche d'autres victimes potentielles. Aidée d'un gendarme (Samuel Labarthe), elle réussit à recueillir 25 témoignages, dont deux non prescrits. S'engage alors une course contre la montre judiciaire afin de pouvoir faire condamner leur violeur plus de vingt ans après les faits.

3 images
Laurent Lucas dans "Service Volé". © 2021/CHRISTOPHE CHEVALLIN-PACHLI-GMT-TF1

Sous emprise

Championne de France en simple en 1989, Isabelle Demongeot publie en mai 2007 Service volé, un livre dans lequel elle dénonce les viols subis par son entraineur Régis de Camaret, de ses 14 à ses 23 ans. Elle explique également ne pas être la seule victime. Une enquête est ouverte et le procès débute en novembre 2012 aux assises de Lyon. Régis de Camaret, accusé par une vingtaine d'anciennes élèves, est condamné à 10 ans de réclusion en 2014 pour les viols de deux pensionnaires de son club de Saint-Tropez.

Lors du procès, Isabelle Demongeot raconte son enfer"En septembre 80, on part sur un tournoi avec Régis de Camaret et plusieurs autres joueuses. Je gagne. Il réussit à faire en sorte que les autres filles quittent le lieu, je reste seule avec lui et à la veille de la demi-finale, pour la première fois, il me viole. Une main, une tête, une langue, une moustache, c'est répugnant, mais je me tais. Je gagnais tellement ! Je me disais que sans lui, je ne serais rien. Il s'était rendu indispensable à ma vie. Il contrôlait mes entraînements, il m'a enfermée dans un système".

La seule chose sur laquelle je veux revenir, c'est mon combat de femme, le courage que j'ai eu de porter plainte en 2005 malgré la prescription des faits.

Une emprise dont témoigne bien le téléfilm Service volé qui montre également la place que tient Régis (Tony dans la fiction) au sein de la famille d'Isabelle. Très apprécié par ses parents, l'entraineur est régulièrement invité à manger le soir après les entrainements… et après les viols qu'il fait subir en secret à Isabelle. 

C'est en tombant sur son livre que le scénariste et réalisateur français Jerome Foulon désire l'adapter à la télévision. Il contacte donc Isabelle Demongeot. "J'ai beaucoup réfléchi à sa proposition, les conséquences pour ma petite fille, confie la tenniswoman à var-matin. Ça a été oui, puis non… Il m'a inspiré confiance. Au final, la seule chose sur laquelle je veux revenir, c'est mon combat de femme, le courage que j'ai eu de porter plainte en 2005 malgré la prescription des faits". En acceptant que son histoire soit traduite à l'écran, l’ancienne entraîneuse d'Amélie Mauresmo veut également "éclairer les consciences". La récente condamnation d'Andrew Geddes, ancien entraîneur de tennis condamné à 18 ans de prison pour des viols sur mineures, démontre en effet qu'il y a là encore tout un système à démonter, et d'autres victimes à écouter

Service volé, jeudi 18 novembre dès 20h35 sur La Une.

3 images
Elodie Navarre et Julie de Bona dans "Service Volé". © 2021/CLAIRE BOUCHAYER-PACHLI-GMT-TF1
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK