Savez-vous pourquoi le film “Gran Torino” de Clint Eastwood porte le nom d’une voiture ?

Alors que le film bouleversant “Gran Torino” est diffusé sur La Deux le mercredi 15 avril, nous vous proposons de revenir sur le choix du nom de cette sublime œuvre de Clint Eastwood et des messages subliminaux liés à cette Ford des années 1972.

“Gran Torino” raconte l’histoire de Walt Kowalski, un vétéran de la guerre de Corée qui vient de perdre sa femme. Seul, misanthrope, bougon et raciste, il veille jalousement sur sa Ford Gran Torino, râlant sans cesse contre les habitants de son quartier, en majorité d’origine asiatique. Un jour, son jeune voisin, Tao, tente de lui voler sa voiture sous la pression d’un gang. Walt s’aperçoit bientôt que l’adolescent est littéralement harcelé par les jeunes caïds. Prenant la défense de Tao, Walt devient malgré lui le héros du quartier.

Si ce n’était pas encore le cas, vous savez à présent que “Gran Torino” vient tout simplement du nom de la voiture dans le film. Un choix osé mais qui prend tout son sens. Gran Tornio est une automobile fabriquée par Ford et présente sur le marché américain entre 1968 et 1976. Lourde, imposante, très classe, la Torino incarne les idéaux de cet Amérique en plein essor. Elle convient parfaitement à son propriétaire, un Américain conservateur, patriotique et au caractère difficile.

Walt va prendre soin de sa voiture tout au long du film, elle est très importante pour lui.

Le film traite aussi de thème sensible, au fur et à mesure le vieux monsieur raciste sur les bords va se lier d’amitié avec Thao le jeune asiatique qui a essayé de lui voler sa voiture.

Le réalisateur et acteur principal Clint Estwood prône l’antiracisme. Il a souvent répété ce que la Nation américaine doit à la culture noire, à sa littérature et à sa musique. Dans Gran Torino par exemple, il prend la défense de la minorité Hmong. C’est le premier film de cinéma américain à traiter des Hmong, peuple d’Asie, originaire des régions montagneuses qui ont une identité culturelle à part entière, avec leur propre religion, leur propre langue.

La magnifique Torino va créer, entre les deux personnages, un lien semblable à un père et un fils. Si bien qu’elle va être synonyme de transmission et bénéficier du statut symbolique.

Un film à ne pas manquer ce mercredi 15 avril à 20h35 sur La Deux.

Programme disponible aussi en version sous-titrée (CC)