Salomé Dewaels : l'actrice belge qui crève l'écran dans "L'Absente"

L'actrice bruxelloise de 25 ans est à l'affiche de la série L'Absente aux côtés de Thibault de Montalembert et Clotilde Courau. Rencontre avec une jeune comédienne qui a déjà un pied dans la cour des grands.

Attention : cet article contient des spoilers sur l'intrigue des deux premiers épisodes de L'Absente.

>> L'Absente, épisodes 3 et 4 à découvrir sur La Une le mardi 21 septembre à 21h35. Pour revoir les deux premiers épisodes, c'est sur Auvio !

Elle incarnait la jeune Mélodie dans la websérie belge Lucas etc, mais elle foulait plus récemment le tapis rouge de la Mostra de Venise pour le film Illusions Perdues de Xavier Giannoli. Depuis quelques années, Salomé Dewaels enchaîne les productions et peut se targuer d'avoir déjà joué avec Bouli Lanners (Les Premiers Les Derniers), Sara Forestier (Filles de joie), Mathilde Seigner (Une Mère), Gérard Depardieu, Xavier Dolan et Cécile de France (Illusions perdues).

Elles est aujourd'hui aux cotés de Clotilde Courau et Thibault de Montalembert (qui lui trouve "un talent fou") dans la série L'Absente, drame glacial sur la disparition d'une fillette dans le Nord de la France. 

Comment avez-vous été intégrée à la série ?

Salomé Dewaels : J’ai passé le casting avec Michaël, un directeur de casting avec qui j’avais déjà été castée pour Illusions perdues. J'ai d'abord fait une tape, car c’était pendant le confinement. Ensuite, j’ai eu un rendez-vous avec Michaël et Karim Ouaret, le réalisateur. Ça a été très vite, c’était la première fois que ça m’arrivait : une heure après la rencontre, on m’appelait pour me dire que la production m’avait validée et que c’était parti.

Qu’est-ce qui vous a surtout plu dans ce projet ?

Ce qui m’a vraiment excité, c’est la spécificité du personnage d'Alex. Il y avait plein de choses à jouer : non seulement le rôle d'Alex, mais aussi le rôle d'Alex qui se prend pour Marina. La manière d’interpréter est aussi intéressante puisque je dois montrer quelque chose et en même temps on doit savoir que je pense autre chose. Le projet était donc très excitant. J’étais également intriguée par l'histoire, je voulais savoir comment elle allait évoluer. L’intrigue est bien faite, tout est très bien ficelé. 

Ça a été très vite, c’était la première fois que ça m’arrivait.

3 images
L'Absente © Sarah ALCALAY/FTV/Escazal films

Votre personnage est à double-face. Comment l’avez-vous abordé ?

J’en ai parlé avec Karim et j’ai aussi eu une séance de travail avec Delinda, la scénariste de la série, avec qui j’ai vraiment pu discuter du personnage. Sophie Révil, la productrice, m’a conseillé de regarder plusieurs films dont Sans toit ni loi, Millenium, Million Dollar Baby. Elle m’a dit : "tu fais un mélange de tout ça avec ta patte". Je sais qu’il y a des comédiens qui travaillent beaucoup en amont, moi pas. Est-ce du au fait que je suis encore assez jeune et que je n’ai pas encore trouvé ma technique de travail ? En tout cas, je travaille vraiment à l’instinct. J’observe les comédiens. Clotilde, Thibault, tous les comédiens avec qui j’ai joué envoyaient vraiment du lourd. Je me suis nourrie de ce qu’ils m'envoyaient pour pouvoir faire ce que j’ai fait.

Thibault de Montalembert a dit de vous : "Elle m’a scotché, elle a un talent fou". Comment c'était pour vous de jouer face à lui ? 

Au-delà de l’acteur qu'il est, ça a été un coup de foudre amical. C’est quelqu'un d'incroyable, de profondément intelligent et qui a beaucoup apporté à moi et à la série. Ça a été un bonheur de travailler avec lui, de voir ce qu’il m’envoyait et de pouvoir lui renvoyer la balle à la même hauteur.

J'ai trouvé plus facile de me mettre littéralement à nu dans "Illusions Perdues" que de me mettre émotionnellement à nu dans "L'Absente".

3 images
Salomé Dewaels dans "L'Absente" © Escazal Films

Est-ce qu'une scène en particulier vous a mise en difficulté ? 

La scène d’ouverture où je cours a été très difficile, car je ne suis pas du tout sportive. Karim m’avait dit de me préparer, ce à quoi j'ai répondu : "Oui oui, bien sûr". Je ne l’ai pas fait, et plus jamais je ne referai cette erreur. On a fait beaucoup de prises et j’ai vomi, donc ça a été très dur physiquement. Un autre challenge a été la scène de la crise d’angoisse : il fallait complètement lâcher prise, et ce n’est jamais facile de se mettre à nu. Étrangement, j'ai trouvé plus facile de me mettre littéralement à nu dans Illusions Perdues que de me mettre émotionnellement à nu dans L'Absente.

Comment avez-vous mis un pied dans ce milieu ? 

Je n'ai pas fait d’études supérieures, j'ai donc appris sur le tas et j'apprends encore aujourd'hui. J'ai eu mon CESS à l'Académie d’Ixelles en Art dramatique. Ce ne sont pas des études qui m’ont plu, ça ne m’a pas parlé. Quand j’avais 15 ans, ma belle-mère m’a envoyé à un casting pour un film étudiant que je n’ai pas eu. Ensuite, j’ai été contactée par Delphine Girard (Une sœur) qui faisait passer des castings pour son film de troisième année à l’INSAS. J’ai été prise, c’était mon premier tournage. Je n’ai pas réalisé tout de suite que je voulais en faire mon métier, mais j’ai réalisé que c’était quelque chose que j’aimais faire et que je savais faire. J’ai vu une ouverture et j’y suis allée sans vraiment réfléchir. De fil en aiguille, je suis rentrée dans les agences en Belgique, j’ai passé des castings. Il y a trois ans, j’ai rencontré mon agent avec qui je travaille aujourd'hui et grâce à qui j’ai l’occasion de passer des supers castings qui me mènent à des rôles incroyables.

L'Absente, épisodes 3 et 4 à découvrir sur La Une le mardi 21 septembre à 21h35. Pour revoir les deux premiers épisodes, c'est sur Auvio !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK