Saint-Nicolas est socialiste : rencontre avec le réalisateur de ce documentaire surprenant et parfois loufoque

Grand Prix et Prix du Public en compétition national au BRIFF 2020 (Brussels International Films Festival), ce film nous emmène à Saint-Nicolas, une commune liégeoise dominée en majorité absolue depuis plus d’un siècle par le parti socialiste. On y suit deux conseillers communaux de l’opposition qui, à l’approche des élections communales, rêvent de bouleverser le jeu politique local.

Saint-Nicolas est socialiste : un documentaire de David Leloup, à la fois instructif et détonnant, à voir ce mercredi 2 juin à 20h20 sur La Une, ainsi qu'en replay sur Auvio jusqu'au 2 septembre !

Ce documentaire met un coup de projecteur sur la dynamique du conseil communal de Saint-Nicolas, à Liège. Dans cette ancienne cité ouvrière, l’une des plus densément peuplées de Wallonie, Roger Boeckx et Filippo Zito conseillers communaux de l’opposition, se voient comme des lanceurs d’alerte face à une autorité communale dont ils fustigent les débordements. Après "A leak in paradise", ce film est le deuxième volet d’un travail au long cours du journaliste et réalisateur David Leloup sur la transparence. Dancing Dog Productions en coproduction avec la RTBF / Storyhouse Films et Wallonie Image Production

Rencontre avec le réalisateur David Leloup

2 images
Le journaliste et réalisateur David Leloup © BRIFF 2020/ Marc Melkenbeek

Comment est née cette idée de documentaire

Au départ, j’ai été contacté par les deux protagonistes du film qui avaient vu mon travail d’enquête sur l’affaire Intradel. Ils voulaient me faire part d’un scandale, à leurs yeux, qui frappait la commune de Saint-Nicolas relatif au projet de construction de logements. Ils étaient convaincus que le marché public avait été bidouillé. J’ai découvert à cette occasion leur travail de conseillers communaux. Je n’ai jamais écrit sur cette affaire pour laquelle il y a une enquête judiciaire en cours. Par contre, j’ai été séduit par ce duo et surtout, j’ai trouvé cela beaucoup plus riche de suivre leur travail au quotidien et de suivre leur positionnement par rapport à la campagne électorale qui s’annonçait.

Ils se voient comme des lanceurs d’alerte, un peu comme des journalistes d’investigation en somme ?

Je me suis un peu retrouvé à travers eux, même s’ils ne sont pas tenus à un devoir d’objectivité comme un journaliste doit l’être et qu’ils sont dans une logique d’opposition. Mais ils sont dans une même démarche et d’envie de trouver l’info et de chercher les preuves pour démontrer une hypothèse journalistique.

l'humour permet de parler du pouvoir local, un sujet à priori pas forcément sexy 

Votre film fait aussi la part belle à l'humour, c'était aussi une volonté ?

C’est une opportunité qu’ils m’ont offerte. Ce sont deux personnages assez truculents, très complémentaires. C’est un duo qui fonctionne bien. Ils ont un  grand sens de l’humour et je voulais absolument que ça transparaisse dans le film. Pour moi c’était vraiment important d’utiliser ce ressort humoristique pour parler de cet échelon politique local qui à priori est un peu rébarbatif. Ce n’est pas très sexy de parler de propreté des trottoirs ou de poubelles non collectées. Il y a pourtant de vrais enjeux moins terre à terre à l’échelon communal, qui méritent qu’on s’y intéresse et l’humour permet d’en parler. 

j'ai envie d'inciter les gens à s'intéresser à ce qui se passe dans leur commune, premier échelon de pouvoir dans une démocratie 

Ce film pour vous, il a aussi un objectif de transparence ?

Ce film je l’ai fait aussi et surtout pour les habitants de Saint-Nicolas, pour qu’ils puissent découvrir qui dirige leur commune. Dans les faits, il y a très peu de gens qui suivent ces conseils communaux et qui savent ce qui s’y passe. Il y a souvent un désintérêt total pour la politique communal, ce qui pour moi est un véritable paradoxe parce que ce sont les mandants les plus longs. On vote pour des gens et puis après on les laisse gérer les choses sans rien contrôler. Et pour moi, c’est aussi l’enjeu du film : inciter les gens à s’intéresser à ce qui se passe dans leur commune parce que c’est le premier échelon garant de la démocratie.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK