Redécouvrez "Playtime", le film qui a ruiné Jacques Tati

Playtime, la plus grande production du réalisateur français Jacques Tati. Elle était si ambitieuse que le tournage dura trois ans et une ville entière fut reconstituée sur un terrain vague de 15 000 m². À découvrir ce mercredi 14 avril à 20h40 sur La Trois ! 

Jacques Tati est un réalisateur français phare des années 1950-1960. Il commence sa carrière dans les années 1930 en tant qu’acteur dans des courts-métrages, avant d’enchaîner sur ses premiers longs-métrages dans les années 1940, puis de réaliser son premier film Jour de fête en 1949. À l’origine, il devait être le premier film français en couleur, mais il sortit finalement en noir et blanc à cause de plusieurs restrictions dues au coût notamment. Le film est un succès auprès du grand public et il reçoit le Grand prix du cinéma français en 1950. Trois ans plus tard, il crée et interprète lui-même le personnage de Monsieur Hulot pour Les Vacances de monsieur Hulot, un personnage très burlesque, avec une gestuelle et des mimiques caractéristiques. Il est souvent comparé au personnage de Mister Bean (qui possède lui aussi un Les Vacances de Mister Bean) lorsque celui-ci est créé en 1990 par l’acteur anglais Rowan Atkinson. Ce nouveau personnage de Monsieur Hulot est très remarqué par la critique, mais aussi par le public du monde entier, et le film, qui va recevoir plusieurs récompenses, reste l’un des films français les plus appréciés de cette période. Il va donc naturellement réutiliser ce personnage dans ses productions suivantes : Mon Oncle en 1958, Playtime en 1967 et Trafic en 1971. Mon Oncle est également un grand succès et il valut à Jacques Tati l’Oscar du meilleur film étranger ainsi que le Prix spécial du Jury au Festival de Cannes.

15 000 m² de décors, une centrale électrique et un budget monumental

Suite à ces grands succès, Tati est adulé par la critique américaine et est attendu au tournant. Il voit alors les choses en grand pour son prochain long-métrage : Playtime. Perfectionniste, il fit reconstituer une ville moderne entière appelée "Tativille" sur un terrain vague de 15 000 m². Ces décors se composaient de répliques d’immeubles tout en verre et en acier, de différentes tailles pour jouer sur les effets de perspectives et possédaient leur propre mini-centrale électrique, pouvant alimenter l’équivalent d’une petite commune, ainsi qu'un réseau d’eau et de chauffage dans les immeubles. Un budget monumental pour un tournage qui dura trois ans.

Malgré tout, à sa sortie, le film divise. Certaines critiques le qualifient de "navet monumental", tandis que d’autres le considèrent comme le chef-d’œuvre du réalisateur. David Lynch le qualifie même de "l’un des plus grands films de l’Histoire". Par contre, sur le plan commercial, le film est un échec. Les conséquences sont désastreuses pour Jacques Tati : Il se voit obligé d’hypothéquer sa maison, sa société de production fait faillite et ses films antérieurs sont placés sous séquestre. Il mit près de dix ans à essayer de recouvrer son indépendance financière.

2 images
Monsieur Hulot dans "Playtime" © STUDIO CANAL

Redécouvrez Playtime de Jacques Tati ce mercredi 14 avril à 20h40 sur La Trois et sur Auvio !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK