"Les passionnés de la Terre" : Armelle et Gérald vous proposent une émission spéciale dédiée aux agriculteurs

Dès le premier confinement, ces hommes et ces femmes, nos agriculteurs, se sont démenés pour répondre à la demande accrue des consommateurs en produits locaux. Tout à coup, le circuit court a retrouvé ses lettres de noblesse et montré le rôle qu’il pouvait jouer dans l’approvisionnement direct en produits de saison.

COVID oblige, la plus grande foire agricole wallonne n’a pas eu lieu cette année. Prenant ses responsabilités, la Foire de Libramont a décidé, en avril dernier de renoncer à son événement annuel. Qu’à cela ne tienne, les organisateurs ont tenu à soutenir le monde rural en décernant leurs Coqs de cristal et prix aux agriculteurs de valeur. En tout, douze lauréats que la RTBF a choisi, elle aussi, de mettre en valeur à travers une émission spéciale " Les passionnés de la terre " pilotée par deux amoureux du terroir et des produits de bouche, Armelle Ghyssens et Gerald Watelet, à voir en replay sur Auvio.

Si, à quelque chose malheur est bon, alors la crise sanitaire que nous traversons a permis à bon nombre de citoyens de se rapprocher des agriculteurs, ces hommes et ces femmes qui nous nourrissent. Contraints par le confinement à rester chez nous, nous avons été nombreux à découvrir le circuit court, seule balade officiellement autorisée puisqu’il s’agissait de rencontrer un besoin vital : s’alimenter.

A défaut de pouvoir fêter en large comité l’an neuf, invitons à notre table des produits locaux de qualité, c’est le message qui sous-tend cette remise de prix maintenue par la Foire de Libramont et ses partenaires (APAQ-W et Accueil Champêtre en Wallonie), soucieux d’accompagner les agriculteurs dans leur adaptation à un monde plus durable. Des hommes et des femmes qui luttent chaque jour pour assurer, non pas notre autonomie alimentaire, nous en sommes loin, mais un ancrage local en circuit court, un lien indispensable entre nous et la terre, entre nous et tout le vivant dont nous dépendons.

En Wallonie, 735 000 ha de terres sont encore dédiés à l’agriculture (mais continuent d’être grignotés chaque année au profit de l’immobilier). Dire que ces terres sont complètement aux mains des agriculteurs serait mentir. L’industrie agro-alimentaire a imposé ses lois (monoculture, intrants,…) à de nombreux agriculteurs et l’on estime aujourd’hui à près de 70% le nombre de fermes qui ont disparu en 40 ans. C’est dire si les prix décernés par la Foire de Libramont et ses partenaires récompensent des résistants, des résilients, des innovateurs au chevet de notre terre nourricière malmenée par la mondialisation et son implacable course au profit sur un bien de première nécessité : l’alimentation.

Payons-nous toujours le juste prix pour les produits que nous mettrons sur nos tables ? Non. Les agriculteurs et agricultrices primés sont ceux qui ont repris leur avenir en main, non seulement en pratiquant le circuit court mais aussi en se diversifiant. Nous pouvons les mettre à l’honneur et rendre à ceux qui produisent localement des produits de qualité, la reconnaissance qu’ils méritent, et à leurs yeux, c’est inestimable. C’est aussi l’opportunité de payer le prix juste pour une alimentation saine. Allons à leur rencontre, apprécions leur travail et leurs produits, la fête n’en sera que plus belle, c’est le message de l’APAQ-W.

2 images
" Les passionnés de la terre ", 26 décembre sur La Une © Tous droits réservés

Au rang des agriculteurs de valeur, quatre lauréats pour un premier menu de fête

Au rang des agriculteurs de valeur, quatre lauréats pour un premier menu de fête : foie gras, volaille bio ou autre viande " heureuse " parce qu’issue d’un élevage en plein air, accompagnés d’un vin wallon, le Domaine de Quantol, élevé sur les côteaux d’Horion-Hozemont par Quentin et Carole, des agriculteurs passionnés et soucieux de se diversifier. Le tout vendu à la ferme pour recréer ce lien entre producteur et consommateur.

En clair, une alternative crédible au menu de fêtes coché sur la liste des produits disponibles en supermarché. Et rassurez-vous, les kilomètres que vous pourriez parcourir pour concocter ce menu 100% local sont sans commune mesure avec ceux parcourus par votre menu disponible en supermarché, avec en plus à la clé, de belles rencontres.

Celle de Gauthier et Maureen de la ferme de Vert’Denne, par exemple, à Marche en Famenne, qui ont fait le pari de créer leur ferme en 2011. Vaches laitières, bovins viandeux, cochons en plein air et 1ha de maraîchage bio, un pari calculé pour pouvoir rebondir en cas de crise dans l’un ou l’autre secteur mais aussi un choix de vie. " Etre agriculteur, c’est vivre une passion. On se lève le matin, on va à la traite et on découvre un petit veau ", témoigne Maureen.

Mention spéciale pour deux agricultrices, Valérie de la Ferme de la Sauvenière à Hemptinne-lez-Florennes qui ose le foie gras 100% local et Françoise de la ferme La vache sans tache à Sinsin engagée dans l’élevage de Limousin et de poulets bio mais surtout dans le projet " Fermes en vie " qui commercialise les produits d’agriculteurs locaux. " C’est parce que nous avons des consommateurs de valeur que nous sommes des agriculteurs de valeur ", résume Françoise. Se serrer les coudes pour vendre sans intermédiaire leurs produits, c’est devenu, en effet la ligne, de conduite de plus en plus d’agriculteurs suivis par des consommateurs fidèles de plus en plus nombreux.

Ces lauréats du prix " agriculteurs de valeur " sont des ambassadeurs. En les mettant en lumière, la Foire de Libramont et ses partenaires nous invitent à reconnaître le travail accompli par ces passionnés de la terre qui cherchent cet équilibre difficile entre vivre décemment de leur travail, respecter la terre et rencontrer les aspirations du consommateur.

Des coqs de cristal pour huit produits d’exception, c’est le second menu

Des coqs de cristal pour huit produits d’exception, c’est le second menu concocté cette fois par un jury de professionnels des produits de bouche.

En zakouskis, le boudin noir de la Ferme Martin à Naomé

En entrée, les rillettes de canard de la Ferme Frison à Gibecq,

En plat principal, la côte à l’os de la Coopérative Les Fermes de chez nous à Emines

En fromage , " La perle " de la Ferme du Beauregard à Hellebecq, sur une tranche de pain beurré avec le beurre non-salé de la Ferme La Chapelle à Grand-Reng

accompagné de pommes du verger hautes tiges de Saisons-Bio à Habay-la-Neuve et du miel de Raphaël Steyer à Guerlange.

Et pour finir, la glace au chocolat noir de la Ferme de La Goyette à Loupoigne.

 

De quoi trouver la motivation pour entamer votre première bonne résolution de janvier, un petit régime hypocalorique, à moins que vous ne fassiez partie de ces gens organisés et raisonnables, capables de réserver à chacun de ces produits d’exception, une place privilégiée sur votre table au fil de l’année.

Derrière ces produits, il y a en tout cas, des hommes et des femmes qui cherchent à construire l’agriculture de demain, conscients de devoir pérenniser et valoriser eux-mêmes le fruit de leur labeur. Fiers également de travailler au maintien de la biodiversité comme Alain Diericks, à l’initiative d’un verger hautes-tiges de 800 arbres comprenant plus de 30 variétés de fruits ou comme Raphaël Steyer, apiculteur dont les ruches produisent une tonne de miel d’appellation IGP " miel wallon " mais dont les milliers d’abeilles pollinisent sa région.

En bons ambassadeurs du terroir et des produits de bouche, Armelle Ghyssens et Gerald Watelet vous proposent une émission spéciale à voir en replay sur Auvio, " Les passionnés de la terre ", l’occasion de découvrir en chair et en os, ces hommes et femmes de convictions qui non seulement font vibrer nos papilles mais façonnent aussi notre paysage et valorisent nos terroirs.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK