Les créatures mystérieuses : Yéti or not ?

 

Après le mystère du Loch Ness et la bête du Gévaudan, le Yéti est lui aussi très bien placé dans le top des créatures mystérieuses ! Il hante le folklore tibétain depuis des millénaires : un sauvage poilu vivant dans les bois, une créature bipède qui aurait un visage humain. Le Yéti est-il seulement une légende ? Grâce à des dépouilles anciennes, la science du 21e siècle peut-elle résoudre l’énigme du Yéti ?

3 images
© Tous droits réservés
 
Ce n’est pas un mais deux documents consacrés au Yéti que vous propose La Trois. C’est le temps qu’il a fallu à Mark Evans, vétérinaire, explorateur et présentateur télé, pour partir à la recherche d’une explication rationnelle. Des résultats ont soulevé des controverses. Des échantillons de poils prélevés dans l’Himalaya ont révélé que le Yéti serait un hybride d’ours polaire. Une théorie d’un professeur d’Oxford qui va un peu trop loin pour certains. De quoi en tout cas alimenter le débat et les recherches.
Autre hypothèse explorée par notre homme, bien que considérée comme très improbable : le Yéti descendrait d’un homme préhistorique. Un alpiniste dans le nord du Bhoutan qui a eu accès à une zone inexplorée pense pourtant avoir vu un animal bipède qui ne soit pas un ours au vu des traces observées dans la neige, et le témoignage d’un habitant va dans le même sens. Des scientifiques ont quant à eux fait une découverte surprenante : l’existence d’une espèce d’humain récente appelée le dénisovien. Celui-ci pourrait avoir un lien avec le Yéti.
Mais l’enquête fouillée de Mark Evans ne s’arrête pas là. Il va remonter à la source de la légende : l’Himalaya. Dans une vallée reculée du nord du Népal, il va à la rencontre de villageois confrontés à ces prédateurs qui ont attaqué animaux et hommes. Il cherche des témoignages et des échantillons d’ADN pour pousser l’analyse car les ours bruns d’Himalaya sont peu connus des scientifiques.
3 images
© Tous droits réservés

La clé : l’ADN

 

L’enquête est longue et compliquée, les zones très vastes. Elle mènera aussi l’explorateur jusqu’à un monastère bouddhiste car dans ses caves se trouvent souvent des reliques de Yétis, utilisées par des moines pour des cérémonies particulières. Mais c’est finalement sur un autre territoire, un ancien royaume tibétain, qu’il trouvera enfin des échantillons. Ce sont des paysans nomades à la frontière tibétaine qui vont lui fournir ce qu’il cherche : ils conservent des restes d’animaux dangereux pour des cérémonies religieuses et ils ont des poils d’un ours. Autre trésor : un os d’une jambe d’un cadavre de Yéti récupérée par un médecin en territoire chinois. Et encore une main de Yéti cachée dans un palais en ruine quelque part entre l’Inde et le Tibet.
Ours, homme sauvage ou légende ? L’ADN va parler !
3 images
© Tous droits réservés

 

Rendez-vous sur La Trois et sur Auvio les dimanches 18 et 25 juillet à 20h35 pour ces 2 documentaires fascinants Yéti or not. Ces deux documentaires seront disponibles en replay sur Auvio pendant un mois !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK