"Le facteur sonne toujours deux fois" : une passion charnelle qui provoqua la prude Amérique

Porté par Jessica Lange et Jack Nicholson, le remake du film de 1946 du même nom sera diffusé dans votre soirée classic ciné sur La Trois.

Sorti en 1981, “Le facteur sonne toujours deux fois” est la quatrième variante du roman noir de James M. Cain.

En voici l’histoire : aux Etats-Unis pendant la Grande Dépression, Frank Chambers se fait embaucher dans une station-service de campagne. Il juge rapidement que le patron, Nick Papadakis, ne mérite pas sa jeune épouse, la belle Cora. D'abord réticente, Cora tombe dans les bras de Frank et leur idylle se transforme en passion orageuse. Les deux amants songent alors à se débarrasser du mari encombrant.

Le réalisateur provoque l’Amérique

On y voit Jessica Lange, sous l’emprise d’un séducteur irrésistible. Avec ce film, le réalisateur Bob Rafelson en profite pour provoquer une Amérique prude. Les parties de jambes en l’air entre Lange et Nicholson (un acteur aux multiples grands rôles) constituent un sommet de l’érotisme au cinéma. Il va créer la polémique avec son approche érotique et ce sujet immoral pour l’époque.

2 images
"Le facteur sonne toujours deux fois" © Tous droits réservés

Plusieurs adaptations

Le roman de James Cain publié en 1934 remporte un grand succès. Il est porté à l’écran en 1946 par Tay Garnett. Le livre a aussi inspiré un film français de Pierre Chenal, "le Dernier Tournant" (1939), et un film italien de Luchino Visconti, "Ossessionne" (1942).

Alors que la première adaptation représentait plutôt une femme maléfique causant le malheur d’un homme faible, dans le style des films noirs” très en vogue dans les années 40, la seconde version de 1981 par Bob Rafelson a plutôt recréé l’époque sociale où le roman a été écrit : l’Amérique de la Dépression et des coureurs de route cherchant un travail, un port d’attache même provisoire.

  • "Le facteur sonne toujours deux fois" sera diffusé le mardi 26 mai à 21h10 sur La Trois.