La Castafiore a bel et bien existé ! La preuve avec Marguerite…

Catherine Frot est Marguerite
4 images
Catherine Frot est Marguerite - © Tous droits réservés

A l’image de l’héroïne de Tintin, « Marguerite » a le don de nous casser les oreilles. Découvrez l’histoire étonnante et émouvante de cette cantatrice qui chantait faux…

Le lundi 9 octobre, La Une vous propose une séance VIP de choix avec le film événement de Xavier Giannoli, " Marguerite ". Cette pépite du 7ème art sortie en 2015 a raflé 4 "César" dont celui de la meilleure actrice pour Catherine Frot (et meilleurs costumes, décors et son).

Les faux-semblants et la vraie passion

Ce film-opéra est à la fois fastueux et intime, cruel et compatissant, il parle d'amour et d'illusion, de faux-semblants et de vraie passion… Et il offre, au passage, un des meilleurs rôles de sa carrière à Catherine Frot. Mais quel rapport avec la Castafiore, nous direz-vous ?

La Castafiore alias Florence Foster Jenkins alias Marguerite !

Le film "Marguerite" est librement inspiré de la vie de la cantatrice américaine Florence Foster Jenkins. Cette " Soprano " fortunée du 19ème siècle était persuadée d’être dotée d'un grand talent mais la réalité était bien différente. Elle chantait terriblement faux ! Son entourage, afin de lui plaire et de rester dans les bonnes grâce de la riche héritière, n’hésitait pas à lui mentir sur ses capacités, faisant d’elle la risée de tous !

Il semblerait que cette personnalité haute en couleur ait inspiré Hergé pour son personnage de la Castafiore. Stephen Frears a réalisé un film biographique diffusé en 2016 avec dans le rôle titre Meryl Streep intitulé Florence Foster Jenkins. Enfin, elle a également retenu l'attention du réalisateur Xavier Giannoli pour "Marguerite".

L'histoire de Marguerite, une belle comédie aux sonorités pathétiques

Paris, années 1920. Marguerite est une aristocrate vieillissante, passionnée de musique. Persuadée de son talent, elle prend plaisir à chanter devant ses amis à son domicile, mais elle chante excessivement faux, et ni ses amis ni son mari n'osent lui dire la vérité. Un jour, elle décide de chanter à l'opéra devant un vrai public et engage comme professeur de chant Atos Pezzini, un chanteur d'opéra sur le retour.

Superbe voyage dans les années 20 !

Transposée dans les Années folles, magnifique reconstitution, cette comédie pathétique prend un relief saisissant grâce au charisme particulier de Catherine Frot qui apporte à ce personnage encore plus perché que sa voix une innocence et une pugnacité touchantes qui donnent autant envie de rire que de pleurer.

Marguerite, à voir (et à écouter !) sur La Une, 9 octobre à 20h30. Suivi du "Journal d'une femme de chambre", adaptation du roman éponyme d'Octave Mirbeau par le Belge Benoît Jacquot.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK