Gilles Lellouche et Malik Bentalha au service du collectif dans "Jusqu’ici tout va bien"

Avec Jusqu’ici tout va bien, le réalisateur Mohamed Hamidi signe son troisième long-métrage et lie son amour pour le stand-up à des sujets qui lui tiennent à cœur en faisant appel à Malik Bentalha et à Gilles Lellouche. À découvrir ce mardi 8 juin sur Tipik, ainsi que sur Auvio jusqu'au 7 juillet !

Jusqu’ici tout va bien est le troisième long-métrage du réalisateur Mohamed Hamidi après Né quelque part et La Vache. Un des sujets favoris du réalisateur est de faire rencontrer deux mondes qui se méfient l’un de l’autre sans se connaître. Lors de ses deux premiers longs-métrages, il s’agissait du bled et la France. Dans Jusqu’ici tout va bien, c’est la banlieue et Paris. Ce sont deux sujets que Mohamed Hamidi connaît très bien puisqu’il explique avoir vécu de nombreuses années à Bondy, une commune située dans la banlieue nord-est de Paris, et par conséquent avoir assisté de nombreuses fois à la confrontation de ces deux univers à travers des situations parfois gênantes et décalées. Certaines sont d’ailleurs reprises dans le film !

Quant au pitch de celui-ci, il est lui aussi inspiré du vécu de Mohamed Hamidi : Fred Bartel, le patron d’une agence de communication nommée "Happy Few" (joué par Gilles Lellouche) a domicilié sa société en zone franche à La Courneuve en Seine-Saint-Denis pour bénéficier d’aides de l’État et des exonérations d’impôts, tandis que sa véritable agence est située en plein cœur de Paris. Lorsque des contrôleurs fiscaux découvrent la supercherie, Fred se voit contraint de s’y installer réellement et d’embaucher 30% de personnel parmi les jeunes de banlieue. Une fois installés, Fred et son équipe vont rencontrer Samy, un jeune de banlieue joué par Malik Bentalha, qui leur fait découvrir ce nouvel environnement. Malik explique à propos de son personnage et de la banlieue : "On rentre à fond dans les clichés pour mieux les déconstruire !"

"Si on peut réussir à rire de choses assez fondamentales, tant mieux"

Mohamed Hamidi explique qu’il a eu l’idée de ce film lorsqu’il a été témoin de cette fraude en 2008, alors qu’il rendait visite à un ami travaillant en zone franche, en banlieue parisienne. Il avait alors remarqué dans le hall de l’immeuble une bonne dizaine de boîtes aux lettres d’entreprises dont seules deux d’entre elles étaient vraiment installées dans le bâtiment. Cependant, son objectif avec Jusqu’ici tout va bien était avant tout de réaliser une comédie pure et réaliste. En effet, Mohamed Hamidi collabore souvent avec des humoristes de scène tels que Jamel Debbouze ou encore Malik Bentalha, et explique avoir eu envie de retrouver cette énergie, ce comique de situation avec des punchlines et de la rapidité, tout en s’ancrant dans une réalité.

Gilles Lellouche explique : "Si on peut réussir à sourire et rire de choses assez fondamentales, tant mieux. Le film a un bon fond. Il traite du vivre-ensemble, du collectif, de la cohésion sociale… Ce sont des sujets que j’interroge souvent, par exemple à travers Le Grand bain ou Pupille."

2 images
Gilles Lellouche aux César 2020 © François Durand/Getty Images 2020

Retrouvez Gilles Lellouche et Malik Bentalha dans Jusqu’ici tout va bien ce lundi 7 juin à 20h35 sur La Une, ainsi que ce mardi 8 juin à 22h45 sur Tipik ! Jusqu’ici tout va bien est également disponible sur Auvio jusqu'au 7 juillet !

Ce programme est également disponible en version sous-titrée et en audiodescription.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK