Documentaire "Petites": l'affaire Dutroux vue par les enfants de l'époque

La journaliste et réalisatrice belge Pauline Beugnies revient sur l'affaire qui a traumatisé tous les Belges: l'affaire Dutroux. A travers son documentaire poignant, "Petites", elle est allée à la rencontre de jeunes francophones et néerlandophones, aujourd'hui adultes, pour recueillir leurs souvenirs d'enfants. Car on a toujours beaucoup entendu les témoignages d'adultes, mais comment ces enfants et adolescents des 90's ont-ils vécu cette horrible affaire? Comment ont-ils reçu l'énorme battage médiatique, compris la pédophilie et l'enquête qui s'en est suivie? Quelles ont été leurs peurs, et quelle influence cette histoire a-t-elle pu avoir sur leur construction personnelle? 
3 images
© Tous droits réservés

 

A l'heure où "enfance" est censée rimer avec "insouciance", toute une génération d'enfants découvraient des visages sur des affiches placardées partout. Au sud puis au nord du pays, des enfants disparaissaient: d'abord Julie et Mélissa, ensuite An et Eefje, et encore Sabine et Laetitia. Puis le courage acharné de leurs parents. Des enfants subitement confrontés à l'incarnation du mal, un monstre, en vrai. Il était donc possible que dans ce monde, des adultes construisent des caches dans leur cave pour faire du mal aux enfants. Des images bouleversantes de deux filles sauvées redonnèrent de l'espoir mais peu de temps après, réunis en famille devant la télé, dans un silence de plomb, des familles regardaient des images de pelleteuses creusant dans des jardins. Et il y eut des cercueils blancs. Puis tous assistèrent à des arrestations, une foule criant sa colère comme sa tristesse. Vint ensuite le temps où des centaines de milliers de personnes défilèrent dans les rues de Bruxelles. Et les dysfonctionnements dans l'enquête? Et Dutroux qui s'échappe de prison? Et son procès? 
 
La réalisatrice revient sur toute la chronologie des événements avec une trentaine de jeunes témoins, enfants à l'époque des années 90. Tour à tour, ils livrent le récit, parfois déformé avec les années, de leur perception de toutes ces informations qu'ils prenaient souvent en pleine face sans aucune explication des adultes. C'est sans doute l'époque qui voulait qu'on accorde peu d'importance au ressenti de ses enfants. Ce serait très certainement différent aujourd'hui affirment eux-mêmes ces jeunes devenus adultes et parfois parents. 
3 images
© Tous droits réservés

La démarche de la réalisatrice

Vous ne verrez pas le visage des intervenants. Pauline Beugnies a choisi de raconter ce récit collectif à travers des images d’archives familiales amateur captées sur des VHS, riches d'une enfance familiale heureuse et insouciante: fêtes d’anniversaire, courses à vélo au jardin, fancy-fairs...et un riche travail d'archives médiatiques a été mené pour revenir sur la chronologie des faits. Revoir ces images glaçantes montrées sans filtre dans les journaux télévisés donne une meilleure idée aujourd'hui de ce qu'ont pu ressentir les enfants dans ces années 90.

Le documentaire "Petites" nous renvoie inévitablement à nos souvenirs à chacun, et on réalise aussi que le trauma est toujours là, enfoui quelque part en nous. C'était il y a 25 ans mais c'était hier, et parfois encore aujourd'hui pour certains. Alors évidemment, on pense aussi aux familles des victimes et on se demande si la réalisatrice leur a fait part de son projet: "On va leur montrer le film terminé. Ils n’ont pas été inclus dans le processus de création. J’ai eu une très longue discussion enrichissante avec Gino Russo. La Belgique est un endroit vraiment bizarre pour qu’un des héros de mon enfance soit le papa d’une enfant qui est morte parce que notre système a foiré. Il faut prendre de la distance face à cela pour ne pas tomber dans le sensationnalisme ou le trop d’émotion. Par contre, c’était hyper important pour nous que ce soit fait dans le respect des familles, qu’ils soient au courant et qu’ils puissent voir le film avant sa diffusion. Ma collaboratrice flamande avait contacté le frère d’Eefje très tôt pour lui parler du projet. On n’a pas fait ça en cachette".

 
Ce documentaire remarquable de Pauline Beugnies est à voir ce mardi 19 octobre à 20h35 sur La Trois , veille des 25 ans de la Marche Blanche. Et il est bien entendu déconseillé aux enfants.
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK