"Blow up": Replongez dans l'esthétique du cinéma anglais des années 60 sur La Trois

Une expérience cinéphilique sensorielle et inclassable, un classique du cinéma anglais des années 60, redécouvrez Blow up de Michelangelo Antonioni ce mercredi 18 novembre sur La Trois.

Un photographe, un parc désert, des modèles, un meurtre. Voici les éléments principaux de départ de Blow up. Thomas est un photographe de mode et prépare un reportage photo sur Londres. Il passe à cet effet une nuit dans un asile de clochards, puis reçoit dans son atelier un groupe de cover-girls. Pour compléter son œuvre, il photographie ensuite discrètement un couple d’amoureux dans un parc. C’est avec grand étonnement, qu’il voit la femme se précipiter vers lui pour lui arracher son appareil. Elle le poursuit jusqu’à son domicile et s’offre même à lui dans l’espoir de récupérer les négatifs. Intrigué, Thomas lui remet une autre pellicule. Une fois le précieux film développé, il découvre sur les agrandissements un corps sans vie, caché derrière un buisson, et une main tenant un revolver.

Une ambiance mystérieuse

Si l’histoire paraît plutôt simple, il est difficile de décrire le sentiment que procure Blow up. En effet, le réalisateur Michelangelo Antonioni instaure dès le début climat pesant, une ambiance mystérieuse qui seront appuyés par des plans très longs et rythmés par de bruyants silences. Blow up fait dans l’esthétique filmique, la précision et l’obsession du détail, la scène des mimes jouant au tennis démontrant superbement bien cette volonté. Le film obtint d’ailleurs la Palme d’or du festival de Cannes en 1967

2 images
Sarah Miles dans "Blow up" © WARNER BROS

Un élément important dans la pop-culture

Blow up compte quelques éléments ayant marqué la pop-culture de l’époque :

  • Une courte apparition de Jane Birkin qui ne passa pas inaperçue puisque l’actrice est apparue totalement nue, une première pour le cinéma anglais.
  • Dans une des nombreuses séquences-cultes du film, Thomas entre dans un club où se produit un célèbre groupe de rock anglais des années 60 : les Yardbirds. Initialement, ce sont les Who, réputés pour leurs prestations explosives, qui devaient apparaître dans cette scène.
  • Lorsque l’acteur David Hemmings erre dans Londres, il passe devant Heddon Street, la rue que David Bowie immortalisera sur la pochette de Ziggy Stardust, son cinquième album.

 

Retrouvez Blow up ce mercredi 18 novembre à 21h05 sur La Trois !

Ce programme est également disponible en version multilingue et sous-titrée.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK