"White Friday" pour la Scientologie ! L'édito d'Emmanuel Allaer de "Devoir d'enquete"

L’Église de Scientologie
2 images
L’Église de Scientologie - © Tous droits réservés

Lorsque le juge Régimont, après plus de deux heures trente de lecture a annoncé que l’Eglise belge de Scientologie ne pouvait être considérée comme une organisation criminelle, ni comme une association de malfaiteurs, les bancs des prévus et des avocats de la défense se sont subitement animés.

La suite devait être dans le même ton puisque les préventions d’escroquerie et d’exercice illégal de la médecine ont été déclarées irrecevables. Le Tribunal a considéré que le dossier du Ministère public manquait singulièrement de précision quant à la matérialité des faits.

Le point d’orgue de cette audience survient lorsqu’on apprend que l’Église belge de Scientologie échappe à la dissolution. Le Tribunal a estimé que le dossier d’accusation se basait principalement sur des interprétations de la doctrine de Ron Hubbard, le fondateur de la scientologie. Ce qui est très insuffisant pour prouver la réalité du fonctionnement d’une secte dangereuse.

La procédure à l’encontre de l’Église belge de Scientologie a débuté il y a 19 ans. Elle débouche sur un flop retentissant.

Il s’agit clairement d’une victoire que la planète " Scientologie " va pouvoir célébrer sur les cinq continents.

 

La messe est-elle dite pour autant ? Le Procureur fédéral Frédéric Van Leeuw qui s’était discrètement mêlé au public pour le jugement avait la tête des mauvais jours. Il n’est dès lors pas exclu que son Parquet fasse appel du jugement. Jeter le gant n’est pas dans les habitudes de la maison.

REVOIR ici notre enquête d'octobre 2015

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK