Tom Hanks : son surprenant côté sombre révélé dans une interview

Dans un long entretien accordé au “New York Times”, le très sympathique Tom Hanks a avoué avoir un côté “sombre”.

Tom Hanks, c’est un peu le sympathique “monsieur-tout-le-monde" d’Hollywood. C’est le gars qui n’hésite pas, par exemple, à interrompre le tournage de “Anges et Démons” et à dégager le passage pour permettre à une épouse et son père de rejoindre la chapelle. C’est aussi celui qui est du genre à donner un pourboire de 20 $ aux scouts et puis de faire des selfies avec les passants pour les inciter à faire de même. Et c'est celui qui arrive à l’heure aux interviews, ce qui a le don d’étonner Taffy Brodesser-Akner - la journaliste du “New York Times” – habituée à attendre parfois durant plus de 4h des célébrités systématiquement en retard.

2 images
Tom Hanks dans un rôle de gentil, dans la "Ligne verte" BELGAIMAGE

Mais surtout, dis l’article, Tom Hanks est un acteur tellement normal et gentil qu’on lui refuse presque systématiquement les rôles de méchants parce que, selon lui “les méchants exigent un certain degré de malveillance que je ne pense pas pouvoir imiter."

Vous voyez le genre.

Et pourtant, lorsque Taffy Brodesser-Akner lui demande s’il a un côté sombre, Tom Hanks répond, à la surprise générale : "Oui, et enfin, enfin, je vais pouvoir le dire au New York Times ! "

Alors ? Qu’est-ce ?

À la toute fin de l’entretien et après un long suspens, Tom Hanks avoue enfin :

" N’appelons pas cela un “côté sombre”, mais je me suis rendu compte que je me suis un peu servi de cette capacité à séduire les gens […] Ça a commencé quand j’étais très jeune, un peu comme un mécanisme d’autodéfense. Mais ça s’est ensuite transformé en une sorte de manipulation, parce que je n’avais pas conscience que j’étais aussi doué que ça pour séduire les gens. Ceci dit, je ne suis pas quelqu’un de malveillant, loin de là. Vous ne me verrez jamais m’énerver ou quoique ce soit. En fait, quand je rentre dans une pièce, je ne suis pas dans un esprit de domination, mais plutôt de séduction”.

OK… Donc pour résumer, ce sont la gentillesse et la séduction qui composent le côté "sombre" de Tom Hanks. En termes de ténèbres, on a vu pire (mais on ne va pas s’en plaindre) !

Retrouvez Tom Hanks dans “Philadelphia”

Ce samedi 30 novembre à 20h05, la Deux diffusera “Philadelphia”, le premier film hollywoodien à traiter du sida. Et, cerise sur le gâteau : Tom Hanks a reçu l’Oscar du meilleur acteur en 1994 grâce à sa magnifique interprétation dans ce film inspiré d’une histoire vraie.

Dans Philadelphie en effet, notre sympathique Tom Hanks se glisse dans la peau d’Andrew Beckettk, un avocat brillant qui vient tout juste de se voir confier l’une des plus grosses affaires de son cabinet. Mais il est atteint du sida et peu après, alors que les premiers signes apparaissent, ses patrons le mettent à la porte en invoquant une faute professionnelle. Décidé à faire reconnaître qu’ils l’ont licencié à cause de sa maladie, mais aussi de son homosexualité, Andrew se met en quête d’un confrère qui accepte de le représenter. Bien qu’homophobe revendiqué, Joe Miller (Denzel Washington) relève finalement le défi.

La soirée continue ensuite avec “I Love You Phillip Morris” à 22h40.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK