Suzane : " Je veux faire la même chose qu'Elvis "

Suzane en interview pour Décibels
Suzane en interview pour Décibels - © Tous droits réservés

Dans cette interview long format, Suzane se confie et répond aux questions de Marie Frankinet. L’occasion pour l’artiste de nous raconter comment elle est passée de la danse à la chanson, qu’est-ce qui l'a amené à vouloir vivre à Paris, quelle a été sa première chanson, quel message désirait-elle faire passer dans ses textes, comment elle vit ce début de carrière, etc.

C’est à l’âge de 7 ans que Suzane démarre la danse dans un cursus de sport étude, ce n’est que dans un deuxième temps que la chanson commencera à prendre sa place. Après 15 ans de danse au conservatoire, elle ressent en effet le besoin de se libérer et c’est finalement son père qui va la pousser à prendre des cours de chant. Même si avant de réellement se lancer, elle préférera commencer par écouter énormément les classiques de la chanson française comme Brel, Piaf ou Barbara.

Pourquoi Paris ?

Originaire d’Avignon, c’est lors d’un voyage dans la capitale française avec ses parents à 7 ans suite à un arrêt devant l’Opéra Garnier que la petite Suzane de l’époque s’est jurée de venir un jour habiter Paris.

Je veux faire la même chose qu’Elvis

Après ses études, Suzane travaille à Montpellier dans une sorte de " Diner " américain. Dans le restaurant, il y a des télés partout et Elvis Presley passe en boucle. Au bout d’un an et demi, pour Suzane c’est clair : " C’est ça que je veux faire. Je veux faire la même chose qu’Elvis ". C’est là qu’elle a déposé les burgers et a acheté son billet de train pour Paris.

La suite, c’est un premier titre " Dans la foule ", et l’envie de raconter ce qu’elle voit…

J’aime bien regarder les autres, je ne peux pas parler que de moi dans mes chansons

Dans son titre SLT, elle avait vraiment envie de retranscrire la sensation qu’on a quand on se fait agresser dans la rue. "Les mots sont très violents parfois. Je voulais qu’on ait cette sensation d’être dérangé."

Au moment de la vague #Metoo, Suzane était encore serveuse. " J’entendais tout le monde débattre du sujet, mais je ne pouvais pas y prendre part… Donc la seule solution c’était de sortir ma plume et d’écrire cette chanson ".

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK