Soirée spéciale Viva Italia : avec le film "Marina" suivi d'un documentaire inédit "Addio, addio amore"

Pour le 75e anniversaire de l'accord charbon qui a uni l'Italie et la Belgique, Patrick Weber propose une soirée complète avec le film "Marina" suivi d'un documentaire inédit "Addio, addio amore" (coproduction RTBF).

Marina, un biopic éblouissant sur la jeunesse de Rocco Granata et son tube "Marina"

Fils d’un mineur italien ayant immigré en Belgique à la fin des années 40, Rocco Granata est devenu une star internationale, notamment grâce à son tube "Marina". Le film éponyme de Stijn Coninx retrace l’histoire incroyable de ce chanteur-compositeur. À voir vendredi 4 juin à 20h25 sur La Une et en replay pendant 30 jours sur Auvio.

L’État belge voulait qu’il soit mineur, Rocco est devenu chanteur. À dix ans, le petit Italien débarque en Belgique avec sa mère et sa petite sœur pour rejoindre son père, parti devenir mineur dans un charbonnage du Limbourg en espérant s’enrichir et pouvoir offrir une vie meilleure à sa famille. Arrivée sur le sol belge, la famille déchante vite, découvrant les baraquements insalubres dans lesquels on installe les mineurs et leur famille et le racisme qui leur est quotidiennement réservé. Le petit Rocco n’a lui qu’une seule obsession : avoir un accordéon et jouer de la musique. Un hobby qui se transforme rapidement en passion, et finalement en carrière. Son titre Marina, alors face B de son 45 tours "Manuela", devient un succès international. Il est numéro 1 dans toute l’Europe et se vend à des dizaines de millions d’exemplaires. Le fils de mineur immigré est devenu une star.

Une prestation sans faille

"On est des étrangers ici. C’est comme si personne ne te voyait. Mais quand je joue sur une scène, alors oui, ils me voient", confie les larmes aux yeux le jeune Rocco à sa mère. Ses mots résonnent si justement avec l’histoire de Rocco Granata et prennent tout leur sens grâce à la prestation sans faille de Matteo Simoni. Les yeux pétillants de malice et d’émotion, l’acteur flamand, à la fois séducteur et vulnérable, illumine chacune de ses scènes, principalement celles sur scène où l’on ne voit effectivement que lui. Âgé de 25 ans lors du tournage de "Marina", Simoni est nommé aux Ensors dans la catégorie meilleur acteur, ainsi que pour le Magritte du meilleur espoir masculin. Le film a également été sélectionné à Cannes dans la section "Écrans Juniors" et a remporté trois prix au Magritte 2015.

2 images
Le film "Marina". © 2013/EYEWORKS

Soucieux des conditions de vie des plus pauvres, le réalisateur Stijn Coninx dresse aussi à travers "Marina" le portrait d’une population dénigrée et oubliée : les immigrés italiens envoyés à la mine après la Deuxième Guerre mondiale pour exercer un travail ingrat et inhumain. Une violence que l’on devine dans la posture de plus en plus courbée du père, mais que l’on comprend aussi lorsque Rocco se voit refuser un permis de travail d’artiste : "Les fils de mineurs issus de l'immigration sont supposés devenir des mineurs eux-aussi", lui rétorque un employé de l’État. "Et c’est toujours comme ça aujourd’hui, confie le réalisateur limbourgeois au journal L’Avenir. Dans les villes la nuit, les gens qui réparent les trams, qui nettoient les toilettes, qui font des travaux très durs sous la pluie et le froid, très souvent ce sont des étrangers. Mais comme on ne les connaît pas, on a moins d’empathie. L’avantage avec le cinéma, c’est qu’on peut directement toucher les gens avec une histoire, comme celle de la famille Granata". Une histoire universelle et un destin exceptionnel, voilà finalement ce que raconte avec justesse et émotion "Marina".

À voir le vendredi 4 juin à 20h25 sur La Une et sur Auvio, et disponible en replay pendant 30 jours sur Auvio.

Addio, Addio Amore 

A la suite du film, Patrick Weber propose de plonger dans le regard que posent les femmes italiennes sur l'immigration.

Le 23 juin 2021, la Belgique et l'Italie célèbreront le 75e anniversaire des accords entre les deux pays sur l'échange des hommes contre du charbon. Un texte qui scella le destin de milliers de travailleurs italiens venus extraire le charbon dans les mines belges. Ce film rend hommage au courage de ces hommes à travers le récit des femmes qui ont partagé leur vie et leur aventure. Pour la 1ère fois, l'histoire de l'immigration italienne sera racontée du point de vue exclusivement des femmes. Ce sont elles, les fiancées, les épouses, les mamans, les soeurs qui racontent leur immigration et leur intégration, l'aventure de leur mari mineur et de toute leur famille en Belgique. A travers les images d'hier et d'aujourd'hui tournées dans les charbonnages en Belgique et en Italie, les récits de ces femmes et les chants italiens, se tisse tout un pan de l'histoire de notre pays.

 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK