Rencontre avec la psychanalyse (3) - Léopold Szondi

(/464)

1977. La 3è rencontre avec la psychanalyse que nous propose Françoise Wolff est celle de Léopold Szondi, né en 1893. Issu de l'école de psychanalyse de Budapest dirigée par Ferenczi, Szondi est un des derniers témoins de la grande époque de l'essor de la psychanalyse. Pour nous le présenter, avec Françoise Wolff, Claude Van Reeth, disciple de Szondi et auteur d'une traduction des oeuvres de celui-ci en langue française. Psychiatre et psychanalyste hongrois, émigré en Suisse en 1944. II est surtout connu dans les pays de langue française par le test qui porte son nom: le "Diagnostic expérimental des pulsions" élaboré en 1937, publié à Berne en 1947 et traduit en français en 1952. Mais l'oeuvre du fondateur de la "Schicksalsanalyse" (analyse du destin) constitue l'une des plus importantes contributions cliniques et théoriques dans le champ de recherche ouvert par Freud. La référence à Freud est permanente dans toute l'oeuvre Szondienne dont l'originalité et le génie propre consistent à intégrer à la psychanalyse des apports empiriques et théoriques venus d'autres horizons. La plus original dans cette recherche, c'est la découverte et l'élaboration de la notion de "destin" ou de destinée. A partir d'une intuition première née d'une lecture de Dostoïevski et bientôt relayée par l'expérience clinique, s'impose à Szondi l'évidence d'un rapport secret, qui au sein d'un individu, relie ses "choix" fondamentaux il y a une relation intime entre les figures créées dans ses romans, sa propre personnalité épileptique et la présence de certains troubles psychique: "l'inconscient familial". Ces premières recherches, dont la « Schiksalsnalyse »(1944), 1er des cinq grands ouvrages de Szondi, donne l'exposé systématique, posent en même temps les bases de la construction de son test et de l'articulation nouvelle du champ de la psychiatrie qui en fournit le fondement théorique. La "Pathologie pulsionnelle" (Triebpathologie) (1952) propose une nouvelle approche de la psychiatrie à partir des données issues d'une très large application du test complété par l'étude généalogique. Plus théorique, l'"Analyse du Moi" (1956) (Ich. Analyse) tente de développer l'un des problèmes laissé partiellement en friche dans l'oeuvre de Freud. La "Schickalsanalystiche - Therapie" (1963), en reprenant dans son intitulé même la notion de "destin", clôt le cycle de la recherche. Szondi y expose, par le biais d'une revue critique de l'histoire de la psychothérapie moderne, sa propre vois de psychothérapie axée sur ce rapport des possibilités pulsionnelles avec la destinée familiale. Signalons l'ouvrage "Kaïn, Gestalten des Bösen" (Caïn, figure du méchant) (1969) dont le thème est la dimension "épileptoïde" de l'humanité, incarnée de manière exemplaire dans les figures de Caïn et de Moïse. "L'Introduction à l'analyse du Destin" (Louvain 1971) est un exposé synthétique de toute l'oeuvre, rédigé par Szondi lui-même à l'intention du public francophone. Léopold Szondi est décédé en1986.
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK