RTBF .be

Plan Cult reçoit le réalisateur et metteur en scène Jaco Van Dormael - RTBF Plan cult

Plan Cult reçoit le réalisateur et metteur en scène Jaco Van Dormael

  • Si aujourd’hui Jaco Van Dormael a conquis le cœur des Belges en tant que réalisateur, c’est sous les traits de comique de cirque qu’il a failli faire carrière. Car même s’il termine ses études de cinéma à l’institut supérieur des arts du spectacle de Bruxelles (INSAS), c’est comme metteur en scène de théâtre pour enfant qu’il débute.

    Quand j’avais 16 ans j’hésitais entre faire du cinéma ou devenir clown

    C’est au début des années 90 qu’il pousse les portes du cinéma avec son premier long-métrage « Toto le héros » dans lequel on retrouve son esprit farceur et déjanté. Les succès vont s’enchaîner et vont dépasser les frontières belges avec notamment « Le huitième jour » primé à cannes, mais aussi « Mr. Nobody » ou plus récemment « Le tout nouveau testament ».

    Plan Cult reçoit le réalisateur et metteur en scène Jaco Van Dormael

    Plan Cult reçoit le réalisateur et metteur en scène Jaco Van Dormael - THIERRY ROGE - BELGA

    Les rêves, l’enfance et l’imaginaire restent les thématiques clés qui font de Jaco Van Dormael le réalisateur de renom que l’on connaît aujourd’hui. Et pour Plan Cult, il a décidé de nous emmener dans différents lieux qui l’ont inspirés.

    Rendez-vous donc à la Cinematek de Bruxelles, lieu dans lequel il a redécouvert « Stalker » du cinéaste russe Andreï Tarkovsky, un déclencheur qui lui permet d’affirmer aujourd’hui qu’un bon film est un film qui pose des questions et non pas celui qui donne des réponses.

    Notre ballade se poursuit avec Jaco dans le cimetière du Dieweg, l’occasion pour lui de se livrer un peu.

    Ce qui est intéressant dans l’étrange expérience d’être en vie, c’est qu’on ne sait pas à quoi ça sert, et que ça ne sert probablement à rien… C’est ça qui est beau, comme rêver

    révèle Jaco Van Dormael.

    La rencontre se termine avec Thomas Gunzig avec qui il a écrit la suite des aventures de Blake et Mortimer. Et c’est dans le palais de justice de Bruxelles que les deux hommes nous dévoilent quelques secrets de ce monument qui est devenu le décor principal de la bande dessinée.

    L’écriture de bande dessinée est donc une nouvelle aventure pour Jaco Van Dormael qui semble coller à la perfection avec ses envies et ses challenges.

    J’aime faire des choses sur lesquelles je ne suis pas compétent, parce que c’est une chance de pouvoir écrire un scénario de BD sans jamais l’avoir fait.

    « Blake et Mortimer : Le dernier pharaon » est à retrouver en librairie dès le 29 mai 2019.

    Tous les bons plans culture sont dans « Plan Cult », également disponible en replay sur le site https://www.rtbf.be/auvio/.

    Portrait de Jaco Van Dormael, un réalisateur belge largement apprécié

    Jaco Van Dormael est un des réalisateurs belges les plus appréciés de notre pays, créateur d’ovnis visuels et narratifs comme "Toto le Héros", "Mr. Nobody", "Le Huitième Jour" ou encore dernièrement "Le Tout Nouveau Testament". Il nous emmène avec lui le temps d’une journée dans ses lieux favoris : direction la Cinematek, l’antre de ses premiers coups de cœur cinématographiques. C’est au cimetière de Dieweg que nous irons ensuite car Jaco aime s’y balader pour se souvenir que c’est maintenant qu’il faut vivre ! En compagnie de son ami écrivain Thomas Gunzig, c’est au cœur du Palais de Justice qu’ils lèveront le voile sur leur nouvelle collaboration : le nouveau tome de Blake et Mortimer, “le dernier pharaon” !

    À lire aussi

  • Portrait de Jaco Van Dormael, un réalisateur belge largement apprécié

    • Cliquez pour visionner

      Portrait de Jaco Van Dormael, un réalisateur belge largement apprécié

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles