RTBF .be

Plan Cult part à la rencontre du mystérieux Baloji - RTBF Plan cult

Plan Cult part à la rencontre du mystérieux Baloji

  • Chaque lundi soir, sur la Trois, ‘Plan Cult’ vous propose des idées de sorties en Wallonie et à Bruxelles. Présenté par le jeune Félicien Bogaerts, ‘Plan Cult’ touche tous les domaines : musique, danse, théâtre, cinéma, expositions…. Cette semaine Plan Cult part à la rencontre de l'artiste Baloji.

    Tshiani Baloji se définit lui-même comme étant « un poète avant tout », mais en réalité c’est un artiste aux multiples facettes. Surtout connu pour sa musique, il est également réalisateur et directeur artistique.

    C’est dans les années 90 qu’il connaît ses premiers succès avec le groupe Starflam. S’enchaîne ensuite une longue pause avant de revenir en force, mais cette fois, en solo.

    Baloji se réinvente à travers des choix artistiques totalement inédits.

    Aujourd’hui Baloji a 39 ans. Il nous emmène dans deux lieux qui lui sont chers.

    C’est dans une galerie d’art qu’il nous présente Alice, propriétaire du lieu : « Elle arrive, sans le dire réellement, à réunir des gens d’horizons totalement différents et à les faire cohabiter », dévoile Baloji.

    C’est de cette façon qu’il a connu Nicolas Karakatsanis, photographe et chef opérateur, avec qui il a déjà réalisé trois clips. L’expérience acquise grâce à toutes ces rencontres lui ont aussi permis de se lancer seul sur certains projets comme la réalisation du clip du titre « Peau de chagrin » pour lequel les décors ont été stylisés par ses soins.

    Ensuite, direction chez Mamadou, le salon de coiffure qu’il fréquente depuis qu’il a 15 ans. Pour Baloji l’esthétisme est une part essentielle de sa personnalité : « C’est culturel, c’est vraiment un truc dans ma famille, ne pas se présenter comme un sauvage devant les autres », précise Baloji.

    Cet été c’est sur la route des festivals que l’on pourra profiter de la richesse de son œuvre musicale, en passant par de nombreux pays européens mais aussi par le Rwanda et le Maroc.

    Tous les bons plans culture sont dans « Plan Cult », également disponible en replay sur Auvio

     

    Baloji, un chanteur belge oublié ?

    Sa popularité en Belgique, Baloji la doit surtout à Starflam, groupe liégeois qui a marqué la fin des années 90 avec ses sonorités latino et ses textes engagés. L’artiste a pourtant quitté la formation il y a près de 15 ans et a parcouru un long chemin en solo. Un road trip musical -trois albums foisonnant d’univers sonores contrastés à son actif- pavé de succès à l’étranger mais jalonné d’incompréhension du côté du plat pays. S’il a compris depuis bien longtemps que nul n’est prophète en son pays, Baloji continue à prêcher son talent aussi bien sur son dernier album “137 Avenue Kaniama”, mêlant rumba congolaise, funk et électro, que sur le grand écran où il joue le rôle de sa propre fille dans “Binti”, un film belge qui explore notre relation aux sans-papiers. Un artiste déroutant !

    À lire aussi

  • Baloji, un chanteur belge oublié ?

    • Cliquez pour visionner

      Baloji, un chanteur belge oublié ?

Les articles de RTBF TV

Plus d'articles